Nous contacter

20 Cours du Maréchal Joffre, 40100 Dax contact@jobphoning.com +33 9 72 55 10 92 (Lun-Ven 9h-12h 14h-18h)
plateforme freelance

Vous êtes freelance ?

Devenez téléprospecteur indépendant !

Créer un compte

Découvrir nos formules

Le métier de téléprospecteur consiste à contacter des prospects qualifiés par téléphone pour leur vendre les produits d'une entreprise. Si vous souhaitez devenir freelance dans le domaine de la téléprospection, notre place de marché répond à l'intégralité de vos besoins.

Sur JobPhoning, vous disposez de nombreux avantages que vous ne retrouverez pas dans un centre d'appel traditionnel : vous choisissez vos missions, vous définissez vos horaires de travail et vos tarifs et vous êtes sûr d'être payé pour chaque prestation correctement réalisée.

Ainsi, en rejoignant JobPhoning, vous profitez d'une plateforme sécurisée, rémunératrice, adaptée à vos besoins et à vos objectifs. Si vous souhaitez en savoir plus, la vidéo ci-contre détaille les avantages que nous venons d'aborder brièvement !

Les 6 raisons de devenir freelance sur JobPhoning

Sécurité : Nous mettons un point d'honneur à vous fournir un service sécurisé, vous êtes donc sûr d'être rémunéré pour chaque mission effectuée.

Indépendance : Vous négociez le prix de chacune de vos prestations directement avec les entreprises.

Autonomie : Vous travaillez quand vous le souhaitez.

Assistance : Notre service clients s'occupe de la rédaction de vos contrats et de vos factures.

Sur-mesure : Vous sélectionnez les missions que vous souhaitez réaliser en toute liberté.

Economique : Pour rejoindre notre place de marché, aucun investissement financier n'est nécessaire.



Qu’est-ce que le travail en freelance ?

Le mot freelance décrit la notion de travailleur indépendant. Il se différencie du salarié car il n’est en aucun cas lié directement et juridiquement par subordination avec la société pour qui il travaille. Société considéré comme cliente, sous contrat de sous-traitance de prestation de services.

Ainsi, le freelance est son propre patron. Ce format de travail connait un grand succès depuis les dernières années car il permet s’adapte notamment à de multiples secteurs professionnels, et est relativement souple et flexible.

Quels avantages et quels inconvénients ?

Le fait de travailler sous le statut de freelance offre la liberté de choisir ses missions. Il est notamment en mesure de définir ses horaires ainsi que sa charge de travail.

Mais ce n'est pas tout, en tant que freelance on peut travailler dans le lieu de son choix, que ce soit à son domicile, dans un open space, dans un centre commercial, chez un ami, ou encore dans un coworking (ce qui vous aidera certainement à développer votre portefeuille client par networking).

En contrepartie, précisément au niveau des revenus, ces derniers sont relativement variables, pour le meilleur et pour le pire, étant donné que l’on peut se retrouver à manquer de travail entre deux missions.

De plus, l’inconvénient majeur apparait dans le fait de se retrouver à gérer seul des fonctions différentes de celles de l’activité choisie, notamment les parties commerciales, juridiques, comptables, marketing, etc.

Il est cependant possible de faire appel à des prestataires extérieurs pour la gestion des différentes tâches. On peut, par exemple, faire appel à des experts comptables, des juristes, des agents commerciaux, etc.

Quel statut juridique et régime social ?

Pour débuter une activité de freelance, il y a le choix entre plusieurs statuts juridiques :

  • L’EI (entreprise individuelle), où il s’agit d’exercer son activité en nom propre. Il n’y a pas de séparation entre le patrimoine personnel et le patrimoine professionnel. De plus, sous ce format, l’entrepreneur est affilié à la SSI (Sécurité Sociale des Indépendants). En ce qui concerne l’imposition, il est imposable à l’impôt sur les revenus (IRPP).
  • L’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée), où il est question d’une façon de fonctionner identique à celle de l’EI mis à part que dans ce cas, l’entrepreneur peut séparer son patrimoine personnel et professionnel. En pratique, cela limite sa responsabilité en cas d’endettement. En ce qui concerne l’imposition, il est imposable à l’impôt sur les sociétés (IS).
  • L’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée), où il est question de rédiger des statuts pour l’entreprise et de définir un gérant qui sera le représentant légal de la structure. Ce dernier est directement affilié au SSI, et les bénéfices sont imposables à l’IRPP. A noter qu’il est tout de même possible d’opter pour l’impôt sur les sociétés.
  • La SASU (société par actions simplifiée unipersonnel), où il est question de rédiger des statuts pour l’entreprise et de définir un président qui sera le représentant légal de la structure. Le président est directement affilié au régime général de la sécurité sociale. De plus, les bénéfices sont imposables à l’IS.

Quel régime fiscal ?

Comme évoqué précédemment, le régime fiscal du freelance dépend directement du statut juridique sélectionné.

De plus, les freelances ayant des activités commerciales sont affiliés au régime dit « micro-BIC ». Ce régime est associé aux bénéfices industriels et commerciaux, et depuis le 1er janvier 2018, le plafond de chiffre d’affaires s’élève à 170 000€ HT annuels.

Aussi, en ce qui concerne les freelances ayant choisi le statut de société unipersonnelle ou d’entreprise individuelle, ils peuvent choisir d’être imposable à l’impôt sur le revenu (IR) ou alors à l’impôt sur les sociétés (IS).

Comment se lancer en freelance ?

Comment quitter son emploi ?

La procédure à suivre pour quitter son emploi est en lien avec le contrat de travail en cours. En cas de CDD, il faut attendre la fin du contrat pour se lancer en freelance, et en cas de CDI, il faut démissionner ou alors négocier une rupture conventionnelle avec l’entreprise.

A noter qu’il est également possible d’opter pour un congé pour création d’entreprise. Ce type de congés existe pour suspendre temporairement son contrat de travail pour mener à bien un contrat de création d’entreprise.

A noter qu’en fonction des modalités de ruptures du contrat de travail, on peut définir les aides à la création auxquelles on est éligible.

Aussi, face à un manque de visibilité sur la création d’une activité en statut freelance, on peut passer par la prise d’un congé pour création d’entreprise. Son but est de suspendre temporairement un contrat de travail salarié pour lancer un projet de création d’entreprise. Pendant toute la durée de ce congé, on perçoit une rémunération et on peut réintégrer l’entreprise en cas d’échec. Une autre solution alternative pour continuer à bénéficier des avantages du statut de salarié est le portage salarial.

Quelles sont les aides à la création de l’activité ?

On peut noter trois aides principales pour les freelances qui se lancent :

  • L’ACCRE, qui correspond à une exonération de charges sociales lors de la première année d’activité.
  • L’ARCE, qui correspond à un versement d’une partie de l’indemnisation chômage accessible.
  • L’ARE, qui correspond au maintien du versement des allocations chômage pour les créateurs d’entreprises.

Comment trouver des missions ?

Le premier axe de développement sur ce point est le fait de solliciter son réseau professionnel personnel ainsi que celui de ses proches, de contacter directement des clients potentiels, ou encore de répondre à des appels d’offres sur internet.

Il existe de multiples plateformes en ligne dédiées aux missions pour freelance, telles que les places de marché.

La principale chose à retenir étant le fait que fournir des prestations de qualités transformera très certainement les clients en véritables prescripteurs.

Ces problématiques pourraient vous intéresser :

Donnez votre avis sur ce contenu :