L’Europe veut taxer les émissions carbone du transport maritime

L'Europe veut taxer les émissions carbone du transport maritime
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Le projet de l’Europe de réunir des milliards chaque année pour lutter contre les coronavirus en faisant payer les navires pour leur pollution pourrait attiser les tensions commerciales au pire moment pour l’économie mondiale et faire reculer les efforts de lutte contre la crise climatique.

La Commission européenne propose d’étendre son système d’échange de quotas d’émission (ETS) au transport maritime, dans le cadre d’une série de mesures visant à contribuer à la reconstruction et au développement de l’économie de l’UE, et à promouvoir une reprise verte après la crise.

Une ambition verte concrète et agressive

L’Union européenne prévoit de consacrer 30 % de son fonds de 750 milliards d’euros (889 milliards de dollars) pour la lutte contre le coronavirus et de son prochain budget de sept ans à des projets liés au climat, afin de devenir le premier continent neutre en carbone.

Mais la proposition de taxe sur les transports maritimes s’est heurtée à une vive opposition de la part de l’industrie, qui estime qu’elle saperait les efforts déployés pour lutter contre le changement climatique au niveau mondial et qu’elle risque de provoquer une réaction brutale des pays tiers, ce qui fait craindre de nouveaux conflits commerciaux mettant en péril le développement des entreprises de transport maritime.

Le SCEQE plafonne déjà les émissions de gaz à effet de serre de plus de 11 000 centrales électriques et usines de fabrication, ainsi que de tous les vols intérieurs de l’UE, ce qui couvre quelque 500 compagnies aériennes. Ensemble, les activités qu’il couvre génèrent près de la moitié des émissions de gaz à effet de serre de l’Union. Les entreprises reçoivent ou achètent des permis ou « quotas » d’émission, qui peuvent ensuite être échangés. Leur nombre diminue au fil du temps, de sorte que les émissions diminuent.

La Chamber of Shipping of America a déclaré à CNN Business qu’elle exhortait tous les gouvernements des pays tiers à s’opposer à l’extension au transport maritime et à « reconnaître la prééminence » de l’Organisation maritime internationale, un organe des Nations unies, dans la lutte contre les émissions des navires.

Un impact direct sur le pouvoir d’achat

Selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, les navires transportent 80 % du commerce mondial de marchandises en volume. Toute augmentation des coûts due aux redevances de pollution pourrait être répercutée par les opérateurs sur les entreprises et les consommateurs sous la forme de prix plus élevés.

Les critiques de la proposition affirment que les pays extérieurs à l’Union européenne ne la considéreront probablement que comme un moyen de collecter des fonds, ce qui au final se rapprocherait d’une stratégie de greenwashing. La Commission européenne a estimé que l’extension du SCEQE au secteur maritime et l’obligation pour les compagnies aériennes de payer davantage pour leur pollution pourraient générer 10 milliards d’euros (11,8 milliards de dollars) par an.

« C’est un aveu qu’il ne s’agit pas du tout de climat, mais de collecte de fonds », a déclaré Lars Robert Pedersen, secrétaire général adjoint de l’association internationale de transport maritime BIMCO, dont le siège est à Copenhague.

La proposition revient à demander aux compagnies maritimes américaines et chinoises d’aider à financer le plan de relance de l’Europe, a déclaré M. Pedersen à CNN Business. Il a déclaré qu’il est probable qu’elle se heurte à une forte opposition, du type de celle qu’a connue l’Union européenne lorsqu’elle a tenté d’inclure l’aviation internationale dans le système d’échange de quotas d’émission en 2012.

Les responsables européens ont fini par céder, après que les États-Unis aient menacé d’interdire à leurs transporteurs de se conformer à la directive et que la Chine ait menacé de refuser des commandes d’avions en cours à Airbus. En conséquence, le SCEQE ne couvre que les vols entre les pays de l’UE, ainsi qu’entre l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège.

Mettre un prix sur le carbone

Selon le rapport de la Commission européenne sur le marché du carbone, les États membres de l’UE ont généré 14 milliards d’euros grâce à la mise aux enchères des quotas du SCEQE en 2018, soit le double de la productivité et des recettes perçues l’année précédente en raison du prix plus élevé des permis. Près de 70 % de cet argent a été dépensé à des « fins liées au climat et à l’énergie », selon le rapport. Les émissions des usines et des centrales électriques ont diminué d’un tiers depuis le lancement du SCEQE en 2005, en grande partie grâce au remplacement du charbon par des sources d’énergie renouvelables.

Dans une déclaration à CNN Business, la Commission a expliqué pourquoi elle veut étendre le SCEQE au secteur maritime et réduire les quotas alloués gratuitement aux compagnies aériennes. « Le transport représente un quart des émissions de gaz à effet de serre de l’UE, et pour atteindre nos objectifs de neutralité climatique, il faut réduire de 90 % les émissions du secteur des transports d’ici 2050 », a déclaré un porte-parole de la Commission.

« Cela sera coordonné avec l’action menée au niveau mondial, notamment au sein de l’Organisation de l’aviation civile internationale et de l’Organisation maritime internationale ».

Transport & Environment, un groupe de pression européen sur le climat, a soutenu cette initiative. « La pollution au carbone du transport maritime a augmenté à un rythme alarmant et pourrait augmenter de 50 % d’ici 2050 si aucune mesure réelle n’est prise », a déclaré le directeur du programme de transport maritime, Faïg Abbasov, dans une déclaration au début du mois, notant que la compagnie de transport maritime par conteneurs MSC a émis plus de carbone l’année dernière que la plus grande compagnie aérienne européenne, Ryanair.

« Il est grand temps d’étendre l’échange de droits d’émission au secteur du transport maritime et d’augmenter la tarification du carbone pour l’aviation internationale », a ajouté Klaus Röhrig, du Réseau européen d’action pour le climat.

Mais l’extension du SCEQE est loin d’être une affaire conclue. Alors que la commission de l’environnement du Parlement européen a voté le mois dernier l’inclusion des émissions internationales de carbone des navires dans le SCEQE, la forme finale de la législation devra être approuvée par le Parlement et les dirigeants de l’UE, ce qui ne devrait pas se produire avant l’année prochaine.

Source : CNNbusiness.com

Retour en haut