Définition de SNC (Société en nom collectif)

Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ? Découvrez l'étendue de nos services :

Sous-traitez votre téléprospection
acheter des rendez-vous
Devenez téléprospecteur indépendant
devenir téléprospecteur
Dotez-vous d'un logiciel de téléprospection pro
logiciel de téléprospection
Achetez des fichiers de prospection BtoB
acheter fichiers d'entreprises

Une société en nom collectif (SNC) est un accord commercial par lequel deux personnes ou plus acceptent de partager tous les actifs, les bénéfices et les responsabilités financières et juridiques d’une entreprise commune. Dans une société en nom collectif, les associés conviennent d’une responsabilité illimitée, ce qui signifie que le passif n’est pas plafonné et peut être payé par la saisie des actifs du propriétaire. En outre, tout associé peut être poursuivi pour les dettes de l’entreprise.

Chacun est responsable de ses obligations fiscales personnelles, y compris les revenus de la société, sur sa déclaration de revenus, car les impôts ne passent pas par la société en nom collectif.

Comprendre les sociétés en nom collectif

Les sociétés en nom collectif offrent aux participants la souplesse nécessaire pour structurer leurs entreprises comme ils l’entendent, ce qui permet aux partenaires de contrôler plus étroitement les opérations. Cela permet une gestion plus rapide et plus décisive par rapport aux entreprises, qui doivent souvent passer par de multiples niveaux de bureaucratie et de paperasserie, ce qui complique et ralentit encore la mise en œuvre de nouvelles idées.

Une société en nom collectif doit remplir les conditions suivantes :

  • Le partenariat doit comprendre au minimum deux personnes. ;
  • Tous les partenaires doivent accepter toute responsabilité que leur partenariat peut encourir ;
  • Le partenariat doit idéalement être commémoré dans un accord de partenariat écrit formel, bien que les accords oraux soient valables.

Caractéristiques générales du partenariat

Dans une société en nom collectif, chaque associé a le pouvoir de conclure unilatéralement des accords, des contrats ou des accords commerciaux contraignants, et tous les autres associés sont par conséquent tenus d’en respecter les conditions. Il n’est pas surprenant que de telles activités puissent entraîner des désaccords ; en conséquence, de nombreuses sociétés en nom collectif qui réussissent intègrent des mécanismes de résolution des conflits dans leurs accords de partenariat.

Dans certains cas, les partenaires conviennent de ne procéder à des décisions importantes liées à la stratégie de développement de la société que s’il y a un consensus complet ou un vote à la majorité. Dans d’autres cas, les partenaires désignent des personnes non désignées par les partenaires pour gérer les partenariats, à l’instar du conseil d’administration d’une société. Dans tous les cas, un large accord est essentiel car lorsque tous les partenaires ont une responsabilité illimitée, même des joueurs innocents peuvent être fiscalement mis à contribution lorsque les autres partenaires commettent des actions inappropriées ou illégales.

Les sociétés en nom collectif se dissolvent généralement lorsqu’un des associés meurt, devient invalide ou quitte la société. Des dispositions peuvent être inscrites dans un accord qui fournit des directives pour aller de l’avant dans ces situations. Par exemple, l’accord peut stipuler que les intérêts de l’associé décédé sont transférés aux associés survivants ou à un successeur.