La puce électronique, composant le plus recherché au monde

La puce électronique, composant le plus recherché au monde

La puce, une invention vieille de six décennies, est passée du statut de cheval de trait peu connu des ordinateurs puissants à celui de composant le plus crucial et le plus coûteux des gadgets modernes. Cette explosion de la demande, qui a été stimulée de manière inattendue par la pandémie de Covid-19 pour certaines industries comme les smartphones et les PC , a provoqué un choc d’approvisionnement à court terme, déclenchant une pénurie mondiale sans précédent.

L’offre incapable de suivre l’explosion de la demande

En février, les délais d’approvisionnement se sont étendus à 15 semaines en moyenne pour la première fois depuis le début de la collecte de données en 2017, selon les données des distributeurs du secteur fournies par Susquehanna Financial Group. Les délais pour Broadcom Inc, un baromètre pour le secteur en raison de son implication dans toute la chaîne d’approvisionnement, se sont étendus à 22,2 semaines, contre 12,2 semaines en février 2020.

La crise a frappé de plein fouet les General Motors et les Volkswagen du monde entier et a poussé les politiciens de Washington à Pékin à maîtriser la crise. Elle a également catapulté Taiwan Semiconductor Manufacturing Co. (TSMC) et Samsung Electronics Co. en tête des préoccupations des investisseurs et des gouvernements. Les deux plus grands fabricants de puces d’Asie sont responsables de la fabrication de la grande majorité du silicium le plus avancé du monde, mais ils n’ont pas la capacité de répondre à toute la demande. Ce goulot d’étranglement pourrait durer plusieurs trimestres, voire jusqu’à l’année prochaine.

La sonnette d’alarme est tirée. Ces dernières semaines, un nombre croissant d’acteurs du secteur ont mis en garde contre des délais plus longs que prévu, qui entraveraient la production, et ce potentiellement jusqu’à bien après l’été. Samsung a signalé un grave déséquilibre au niveau mondial : la plus grande entreprise à ce jour à avertir des retombées de la crise.

En mars, le directeur général de Broadcom, Hock Tan, a déclaré que son entreprise avait tout vendu cette année et que les clients étaient « prêts à réserver la livraison de ces produits jusqu’à la fin de 2021 ». Et vendredi, Nio Inc, la société chinoise de véhicules électriques parfois comparée à Tesla, est devenue le premier constructeur automobile de renom du pays à suspendre sa production en raison de pénuries.

Une pandémie qui a remodelé la demande

La demande globale de semi-conducteurs de toutes sortes a augmenté au cours de la dernière décennie, avec l’essor de l’utilisation des smartphones et de la puissance de calcul. La hausse régulière des ventes de semi-conducteurs s’est essoufflée en 2019, mais elle a ensuite été stimulée de 5,4 % par la demande de 2020 pour les gadgets domestiques.

Dans le même temps, des machines autrefois largement mécaniques comme les voitures sont devenues plus intelligentes, impliquant l’utilisation de beaucoup plus de puces. Selon un rapport de Deloitte, l’électronique automobile devrait représenter environ 45 % du coût de fabrication d’une voiture d’ici à 2030. Le coût des composants à base de semi-conducteurs utilisés dans cette électronique devrait passer de 475 dollars en 2020 à 600 dollars en 2030.

À l’autre bout de la chaîne d’approvisionnement, la capacité de fabrication de puces a suivi le rythme de la croissance des ventes au cours des dernières années, ce qui suggère que les acheteurs utilisent la capacité dès qu’elle est mise en ligne. Un signe que la demande de semi-conducteurs a généralement correspondu aux ressources de production disponibles. Mais la fabrication de pointe s’est concentrée entre les mains d’un nombre de plus en plus restreint d’acteurs.

Selon les experts de l’industrie, ce déséquilibre est particulièrement apparent dans les plaquettes de 200 millimètres, à partir desquelles sont fabriquées les puces bas de gamme. Il s’agit notamment des puces de gestion de l’énergie et des circuits intégrés d’affichage, nécessaires dans un large éventail de secteurs allant de l’automobile à l’électronique grand public, mais dont l’offre est actuellement limitée.

Les incertitudes causées par la pandémie ont également entraîné de fortes variations des commandes l’année dernière, ce qui a brouillé les cartes pour les fabricants de puces qui tentent d’adapter leurs capacités à la demande. C’est pourquoi les constructeurs automobiles ont dû interrompre leur production en 2021 et que les Playstations et les Xbox sont de plus en plus difficiles à trouver dans les magasins.

Les constructeurs automobiles ont été les premiers touchés, en partie à cause d’une mauvaise planification des stocks. L’industrie a sous-estimé la consommation des véhicules et donc la quantité de puces dont elle avait besoin lorsque la pandémie a frappé. On s’attend maintenant à ce qu’ils manquent 61 milliards de dollars de ventes rien que cette année.

Le problème est encore amplifié par le fait que le coût de la fabrication des puces et du maintien du rythme des avancées technologiques a augmenté de manière exponentielle au cours de la décennie, faisant de la fabrication de semi-conducteurs un domaine réservé aux plus riches. À titre d’exemple, TSMC a augmenté ses dépenses d’investissement prévues pour 2021 de 63 % pour atteindre 28 milliards de dollars, tandis que Samsung consacre environ 116 milliards de dollars à un projet décennal visant à rattraper son grand rival taïwanais.

Source : Bloomberg.com

Retour en haut