La forte injection de liquidités dans l’économie déstabilise les marchés d’actifs

La forte injection de liquidités dans l’économie déstabilise les marchés d’actifs
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Michael J. Howell a fondé CrossBorder Capital, une société de conseil et de gestion d’investissements basée à Londres en 1996, et a publié un livre, Capital Wars, sur la montée turbulente des liquidités mondiales. Dans cet ouvrage, il affirme que malgré le fait que les liquidités et le crédit disponibles pour les investisseurs battent de nouveaux records en 2021, la liquidité mondiale pourrait s’avérer plus néfaste les marchés d’actifs.

En effet, l’argent rend les marchés instables. Suite à l’urgence de la crise sanitaire, d’énormes quantités de nouvelles liquidités ont été injectées dans le système par les banques centrales du monde entier pour aider à soutenir la croissance des entreprises en difficulté. Ces flux ont totalisé la somme astronomique de 21 000 milliards de dollars, soit un quart du PIB mondial et 6 000 milliards de dollars d’assouplissement quantitatif des banques centrales. Les liquidités mondiales devraient encore augmenter de 15 000 milliards de dollars en 2021, et les banques ont déjà débloqué 3 000 à 4 000 milliards de dollars supplémentaires dans le cadre de l’assouplissement quantitatif. Cette injection massive de liquidités soutient alors l’économie ce qui protège les entreprises des risques pris par un maintien de son activité dans cette période de crise. D’ici la fin de l’année, le stock de liquidités mondiales devrait atteindre 175 000 milliards de dollars, soit le double du PIB mondial. Il y a vingt ans, la liquidité mondiale ne pouvait qu’égaler ce total.

Source des liquidités : L’Asie prend le pas sur l’Europe

Les sources géographiques des nouvelles liquidités en 2021 seront sensiblement différentes de celles de l’année dernière, l’Asie et les marchés émergents étant au premier plan. En 2020, la zone euro a fourni environ un tiers de l’augmentation de l’assouplissement quantitatif et a contribué de la même manière à l’augmentation de la liquidité mondiale en offrant à sa population des liquidités par le biais de programmes de soutien sociaux. La Banque du Japon a également été active, mais comme le système bancaire japonais a accordé peu de nouveaux prêts, ce qui a réduit l’impact potentiel sur le futur de son économie.

En 2021, il est à prévoir que les liquidités chinoises contribueront à un quart de l’augmentation des liquidités mondiales, que les États-Unis fourniront plus d’un tiers des nouvelles liquidités et que les marchés émergents, à l’exclusion de la Chine, passeront d’à peine 4 % à une part importante de plus de 10 %. En approfondissant les dernières données, on découvre un fort ralentissement des entrées nettes de capitaux dans le dollar. Les actifs américains ont été soutenus ces dernières années par plusieurs facteurs ponctuels. Ces facteurs se dissipent maintenant rapidement. Il s’agit notamment des sorties de la zone euro à la suite de la crise bancaire de 2010-2012 et de la fuite des capitaux de la Chine dans le sillage de la campagne de lutte contre la corruption du président Xi Jinping.

Comment vont évoluer les investissements ?

En ce qui concerne l’avenir, le compte de capital de l’Asie est désormais mieux contrôlé, tandis que les capitaux transfrontaliers sont récemment retournés en Europe et semblent avoir un appétit pour les prochaines émissions de dette à grande échelle libellées en euros. Si cela laisse présager une faiblesse future du dollar, cela devrait stimuler davantage la liquidité mondiale en encourageant simplement les investisseurs transfrontaliers à emprunter plus de dollars, à moindre coût.

Malgré les dernières inquiétudes concernant le gonflement des bulles d’actifs, le rapport entre la somme de toutes les participations en actions dans le monde et cette réserve de liquidités mondiales est de près de 0,5 fois, soit à peine un peu plus que sa moyenne à long terme. En 2000, ce ratio était de 0,85 fois, et en 2008, il était supérieur à 0,7 fois. Il est important de ne pas oublier son récent creux. Lors de la liquidation du marché en mars 2020, le ratio a subi une chute brutale en dessous de 0,4 fois. Avec le recul, cela s’est avéré être une excellente opportunité d’achat.

Source : Ft.com

Retour en haut