Nous contacter

20 Cours du Maréchal Joffre, 40100 Dax contact@jobphoning.com +33 9 72 55 10 92 (Lun-Ven 9h-12h 14h-18h)

Définition de prime d'intéressement

Vous êtes chef d'entreprise ou travailleur indépendant ?

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

La prime d’intéressement correspond à un complément de revenu qui est versé aux salariés d’une entreprise en fonction des résultats de cette dernière. Cette prime est un outil qui permet de motiver les employés et de favoriser leur implication dans l’activité de la société.

A qui est destinée la prime d’intéressement ?

Ce type de complément de revenu peut être mise en place dans toutes les sociétés, peu importe leur taille, effectif, ou statut. Cette prime s’adresse ainsi à la totalité des salariés cumulant généralement 3 mois d’ancienneté à minima.

Les dirigeants de TPE ou autre structures de moins de 250 salariés sont également en mesure de toucher ce type de prime.

Quels sont les avantages de l’intéressement ?

Ce type de prime donne droit à divers avantages sociaux et fiscaux.

En effet, le montant de la prime est déductible du bénéfice imposable, et l’entreprise profite ainsi d’une exonération de taxe sur les salaires. Du côté des salariés, la valeur de la prime d’intéressement n’intègre pas la valeur du salaire soumis à l’impôt. Elle n’est donc pas prise en compte dans le calcul du SMIC, des congés payés, des indemnités, etc.

La société peut également profiter d’un crédit d’impôt suite à la mise en place d’une prime sur l’intéressement.

Comment est calculée la prime d’intéressement ?

On peut calculer l’intéressement de deux manières différentes, en se basant soit sur les résultats de l’entreprise, soit sur ses performances.

Pour la méthode se basant sur les résultats, on tient compte des résultats comptables et financiers, tandis que pour la méthode se basant sur les performances et objectifs atteints, on tient compte de la productivité de la société.

La valeur de la prime doit être fixée en fonction des résultats quantifiables, et ne doit pas dépasser 20 % du total des salaires brut accordés. De plus, ce montant ne doit pas dépasser 50 % du plafond de sécurité sociale.