Définition de Millennials

Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ? Découvrez l'étendue de nos services :

Sous-traitez votre téléprospection
acheter des rendez-vous
Devenez téléprospecteur indépendant
devenir téléprospecteur
Dotez-vous d'un logiciel de téléprospection pro
logiciel de téléprospection
Achetez des fichiers de prospection BtoB
acheter fichiers d'entreprises

Millenials est le nom donné à la génération née entre 1981 et 1996, dates désormais précisées par le Pew Research Center, bien que certains aient estimé qu’elles commençaient en 1980 et qu’elles ne s’arrêtaient qu’en 2004. Également connue sous le nom de génération Y (Gen Y), la génération millenials suit la génération X et, en termes de nombre, a devancé les baby-boomers comme la plus grande génération de l’histoire.

Une nouvelle génération pour un nouveau millénaire

On les appelle ainsi parce qu’ils sont nés à l’aube du XXIe siècle, le nouveau millénaire, ou qu’ils ont atteint leur majorité à cette époque. Les membres de ce groupe sont les premiers à être nés dans un monde numérique et sont donc considérés comme des « digital natives ». La technologie a toujours fait partie de leur vie quotidienne, on estime qu’ils vérifient leur téléphone jusqu’à 150 fois par jour, et les servir et les démarcher commercialement a été un facteur majeur de la croissance de la Silicon Valley et d’autres pôles technologiques.

Les recherches ont montré que la génération millenials est la plus diverse de l’histoire sur le plan ethnique et racial. La génération Y a tendance à être progressiste dans ses opinions politiques et ses habitudes de vote et moins pratiquante sur le plan religieux que ses prédécesseurs, la génération X.

La situation économique du millénaire

Les milléniaux sont confrontés à l’avenir économique le plus incertain de toutes les générations depuis la Grande Dépression.

Trois décennies de stagnation des salaires ont été suivies par la Grande Récession (qui a laissé plus de 15% des jeunes de 20 ans sans emploi), et le fossé des revenus et de la valeur nette entre les riches et la classe moyenne est à son plus haut niveau depuis 90 ans. Bien que le marché de l’emploi se soit amélioré ces dernières années, les millenniaux sont confrontés à une stagnation des salaires, en partie à cause d’une tendance à la baisse de la mobilité sur le marché du travail depuis 20 ans. La mobilité sur le marché du travail a commencé à stagner en 2000, au moment même où les plus vieux millénaaux entraient sur le marché du travail. Lorsque les travailleurs ne se déplacent pas, à la fois d’un emploi à l’autre et d’une région à l’autre, les employeurs ont plus de pouvoir pour négocier les salaires, un phénomène appelé monopsone, qui se traduit par une diminution de la rémunération des employés.

Malheureusement pour les jeunes dont les carrières ont coïncidé avec cette tendance, il est difficile de rattraper le manque à gagner des premières années de ralentissement. L’effet des bas salaires initiaux est aggravé lorsque les augmentations ultérieures sont plus faibles et que les gens sont moins capables d’épargner et d’investir de manière à assurer un revenu à l’avenir.

Si l’on ajoute à cette réalité financière le montant record de dettes (principalement des prêts étudiants) que porte cette génération, on obtient un grave dilemme économique. Bien qu’on les ait souvent qualifiés de matérialistes, de gâtés et de bénéficiaires de droits, ce n’est pas sans raison que de nombreux jeunes milleniaux estiment qu’ils ne pourront atteindre leurs objectifs de vie, comme trouver l’emploi de leurs rêves, acheter une maison ou prendre leur retraite, que beaucoup plus tard dans leur vie que les générations précédentes.