Nous contacter

28 rue Lormand, 64100 Bayonne contact@jobphoning.com +33 9 72 55 10 92 (Lun-Ven 9h-12h 14h-18h)

Définition de growth hacking

Vous êtes chef d'entreprise ou travailleur indépendant ?

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Growth hacking peut littéralement se traduire par « piratage de croissance ». Il s’agit plus précisément d’une stratégie regroupant plusieurs techniques marketing visant à assurer une croissance forte et à faible coût à une entreprise.

L’expression de « growth hacking » a été principalement utilisé à la base pour définir des stratégies marketing de développement dont avaient recours des start-ups spécialisées dans le digital. Cette expression a notamment été largement popularisée par une responsable de l’entreprise Dropbox. Désormais, on peut appliquer cette expression à des entreprises ayant des activités plus traditionnelles.

Dans les faits, le growth hacking est régulièrement employé pour évoquer des sociétés ayant connu un succès rapide en ayant recours à des techniques et stratégies utilisées par de grosses entreprises depuis un certain temps. A noter que le succès d’entreprises qualifiées de growth hacking s’explique plus souvent par la qualité de leur offre que par l’originalité des techniques et stratégies mises en place.

Une nouvelle discipline marketing

Malgré ces antécédents, le growth hacking est plus innovant et correspond plus à une véritable nouvelle discipline du marketing associée au hacking informatique. Dans ce cas précis, le but est d’utiliser des techniques de types « hack » afin d’atteindre des résultats marketing conséquents, le tout avec un investissement limité, voire réduit.

Les techniques de growth hacking : marketing automation, scraping…

Par exemple, on peut considérer comme une technique de growth hacking les procédés permettant de récupérer des emails professionnels qualifiés à partir de site BtoC tels que LinkedIn et Leboncoin.

Les techniques de scraping, les faux comptes sociaux, ainsi que l’automatisation de tâches marketing peuvent également être considérées comme des techniques de growth hacking.

Dans un tel contexte, le growth hacking flirte en quelque sorte avec les limites de l’éthique et éventuellement de la légalité.