Définition de Gestion des risques

Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ? Découvrez l'étendue de nos services :

Sous-traitez votre téléprospection
acheter des rendez-vous
Devenez téléprospecteur indépendant
devenir téléprospecteur
Dotez-vous d'un logiciel de téléprospection pro
logiciel de téléprospection
Achetez des fichiers de prospection BtoB
acheter fichiers d'entreprises

Dans le monde financier, la gestion des risques est le processus d’identification, d’analyse et d’acceptation ou d’atténuation de l’incertitude dans les décisions d’investissement.

Essentiellement, la gestion des risques se produit lorsqu’un investisseur ou un gestionnaire de fonds analyse et tente de quantifier le potentiel de pertes dans un investissement dans la même logique qu’une étude de marché, et prend ensuite les mesures appropriées (ou l’inaction) compte tenu des objectifs d’investissement et de la tolérance au risque du fonds.

Qu’est-ce que la gestion des risques ?

La gestion des risques est présente partout dans le domaine de la finance. Elle se produit lorsqu’un investisseur achète des obligations du Trésor américain plutôt que des obligations d’entreprise, lorsqu’un gestionnaire de fonds couvre son exposition aux devises par des produits dérivés et lorsqu’une banque effectue une vérification du crédit d’un particulier avant d’émettre une ligne de crédit personnelle. Les courtiers en valeurs mobilières utilisent des instruments financiers comme les options et les contrats à terme, et les gestionnaires de fonds utilisent des stratégies comme la diversification des portefeuilles, la répartition des actifs et le dimensionnement des positions pour atténuer ou gérer efficacement les risques.

Une gestion des risques inadéquate peut avoir de graves conséquences pour les entreprises, les particuliers et l’économie. Par exemple, l’effondrement des prêts hypothécaires à risque en 2007, qui a contribué à déclencher la Grande Récession, est dû à de mauvaises décisions en matière de gestion des risques, comme le fait que des prêteurs ont accordé des prêts hypothécaires à des personnes mal solvables, que des entreprises d’investissement ont acheté, conditionné et revendu ces prêts et que des fonds ont investi de manière excessive dans des titres adossés à des créances hypothécaires reconditionnés, mais toujours risqués.

Comment fonctionne la gestion des risques ?

Nous avons tendance à considérer le « risque » en termes essentiellement négatifs. Cependant, dans le monde de l’investissement, le risque est nécessaire et inséparable de la performance souhaitable.

Une définition commune du risque d’investissement est un écart par rapport à un résultat attendu. Nous pouvons exprimer cette déviation en termes absolus ou par rapport à autre chose, comme un indice de référence du marché.

Bien que cet écart puisse être positif ou négatif, les professionnels de l’investissement acceptent généralement l’idée que cet écart implique un certain degré du résultat escompté pour vos investissements. Ainsi, pour obtenir des rendements plus élevés, on s’attend à accepter le plus de risques possible. Il est également généralement admis qu’un risque accru se traduit par une volatilité accrue. Si les professionnels de l’investissement cherchent constamment, et parfois même trouvent, des moyens de réduire cette volatilité, il n’existe pas d’accord clair entre eux sur la meilleure façon de procéder.