Définition de Copropriété

Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ? Découvrez l'étendue de nos services :

Sous-traitez votre téléprospection
acheter des rendez-vous
Devenez téléprospecteur indépendant
devenir téléprospecteur
Dotez-vous d'un logiciel de téléprospection pro
logiciel de téléprospection
Achetez des fichiers de prospection BtoB
acheter fichiers d'entreprises

La propriété commune, ou copropriété, est tout bien détenu au nom de deux ou plusieurs parties. Ces deux parties peuvent être un mari et une femme, des partenaires commerciaux dans le cadre d’une stratégie d’entreprise d’investissement immobilier ou une autre combinaison de personnes qui ont une raison de posséder des biens ensemble. Les biens en propriété conjointe peuvent être détenus sous l’une des différentes formes juridiques suivantes : location conjointe, location intégrale, propriété communautaire ou en fiducie.

Répartition des biens en copropriété

Comme indiqué ci-dessus, la copropriété peut être détenue sous des formes juridiques telles que la location conjointe. Il s’agit d’une situation dans laquelle deux personnes ou plus ont chacune des droits et des obligations identiques à l’égard des biens qu’elles louent ou possèdent ensemble jusqu’au décès d’un des partenaires. À ce moment-là, les intérêts du propriétaire passent aux survivants sans homologation. La location intégrale, une autre option de propriété conjointe, est lorsque les parties sont mari et femme. Dans ce cas, chaque conjoint a un intérêt égal et indivis dans le bien. Si l’un des conjoints décède, le titre de propriété passe automatiquement au conjoint survivant.

Deux autres formes de propriété conjointe, la propriété communautaire et la fiducie, présentent également des caractéristiques distinctes. Un conjoint peut acquérir des biens communautaires (biens matrimoniaux) pendant le mariage. Ce bien, comme un logement locatif, appartient légalement aux deux partenaires.

Aux fins de l’impôt, chaque conjoint peut réclamer la moitié du revenu total provenant de la propriété communautaire. Enfin, dans une fiducie vivante, les conjoints peuvent créer une option conjointe dans laquelle les deux personnes sont concédantes et fiduciaires. Ils peuvent placer dans ces fiducies des biens individuels ou communs. L’une ou l’autre des personnes peut révoquer le trust de son vivant.

Le choix de la meilleure forme de propriété pour les biens communs peut simplifier les choses si l’un des propriétaires décède. Selon de multiples sondages, la propriété conjointe est couramment utilisée pour éviter l’homologation, un processus long, coûteux et public de distribution des biens du défunt devant les tribunaux.

Risques liés à la propriété conjointe

La propriété conjointe n’est pas sans risques. Bien que plus tard dans la vie, les individus souhaitent souvent ajouter le nom d’autres personnes au titre de leur propriété comme moyen de planification successorale sans frais d’avocat, cela peut entraîner des risques supplémentaires de détournement de fonds. Par exemple, si une personne âgée est en déclin cognitif, elle peut succomber à l’ajout d’un ami ou d’un parent sur un compte bancaire commun. La personne aura alors un droit de retrait total. En outre, si une personne ajoute le nom d’une autre personne au titre d’un bien, cet acte est définitif et ne peut être annulé.