WeWork toujours dans l’attente d’une grande partie du plan de sauvetage convenu avec SoftBank

WeWork toujours dans l'attente d'une grande partie du plan de sauvetage convenu avec SoftBank
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

WeWork attend toujours une grande partie du plan de sauvetage d’un montant de 9,5 milliards de dollars qu’il a convenu avec SoftBank. Ce délai alimente de nouvelles inquiétudes au sujet de l’avenir de la société, particulièrement en difficulté, dont le conglomérat japonais a désormais le contrôle.

L’OPA initialement prévue, reportée à plus tard

SoftBank a reporté une offre publique d’achat de 3 milliards de dollars initialement prévue ce mercredi. Elle permettrait aux investisseurs de WeWork de vendre jusqu’à 3 milliards de dollars d’actions à SoftBank, est bel et bien prévue dans les prochains jours. Selon les déclarations de SoftBank, cette offre publique d’achat est légèrement retardée le temps de mettre en place tous les détails techniques.

Un investisseur de WeWork a confirmé le délai à Reuters, affirmant qu’il ne s’agissait que d’un léger contretemps, mais que cela créait tout de même beaucoup d’anxiété chez les investisseurs.

Un retard qui s’ajoute à des mauvais résultats trimestriels

Ce retard survient quelques jours après que SoftBank et WeWork aient annoncé des résultats décevants au troisième trimestre.

SoftBank a subi sa première perte trimestrielle en 14 ans suite aux difficultés de WeWork qui se sont traduites par une baisse de 8,9 milliards de dollars sur son Fonds Vision I de 100 milliards de dollars. La perte nette de WeWork a plus que doublé, à hauteur de 1,25 milliard de dollars, et ses liquidités disponibles ont diminué d’environ 40 % en trois mois, à hauteur d’environ 1,3 milliard de dollars.

L’accord de sauvetage, qui devrait donner à SoftBank une participation d’environ 78 % dans WeWork, a été conclu après l’échec de l’introductionen bourse de la startup en septembre dernier.

WeWork a fait cet appel suite aux réactions des investisseurs de la startup qui dénoncent ses lourdes pertes, son modèle d’affaires, sa gestion et le comportement controversé du cofondateur et PDG Adam Neumann.

Le désastre de ce projet d’introduction en bourse a conduit SoftBank à évaluer WeWork à moins de 5 milliards de dollars à la fin du mois de septembre – un montant bien moins élevé que les 47 milliards de dollars estimés en janvier dernier.

WeWork a pour l’instant refusé tous commentaires sur la situation en cours, tandis que SoftBank laisse passer des informations au compte-goutte.

Retour en haut