Virgin Hyperloop effectue son premier test avec des passagers

Virgin Hyperloop effectue son premier test avec des passagers
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

La technologie Virgin Hyperloop a effectué ses premiers tours de piste ce dimanche à Las Vegas. Il faudra tout de même patienter encore quelques années avant que le grand public puisse faire un trajet à grande vitesse sur ce type d’« hyperboucle ».

Une révolution dans l’industrie du transport d’individus

L’hyperloop est un système de transport futuriste dans lequel les gens voyagent à l’intérieur de capsules propulsées dans un tube à vide, à des vitesses pouvant atteindre plus de 960 km/h. Le système de Virgin se base sur la lévitation magnétique, un peu comme celle utilisée dans les projets avancés de trains à grande vitesse au Japon et en Allemagne.

La lévitation magnétique soulève un wagon de train au-dessus d’une voie ferrée, car les pôles semblables à des aimants poussent le train vers le haut. Ces aimants propulsent également le train, car les pôles similaires se repoussent et poussent alors le train vers l’avant, tandis que les pôles opposés attirent et tirent le train une nouvelle fois vers l’avant. Ce principe de lévitation magnétique est utilisé sur certains systèmes ferroviaires depuis les années 1970.

Selon la société, la capsule test n’a atteint que 160 km/h sur la voie, au lieu des 960 km/h que les ingénieurs de cette technologie ont longtemps promis. Rien d’étonnant lorsque l’on sait que la voie de test couvre seulement 500 mètres de long, ce qui limite la vitesse à laquelle les capsules peuvent se lancer.

Néanmoins, les dirigeants de Virgin Hyperloop considèrent ce test comme une étape majeure, constituant un pas en avant vers la commercialisation de la technologie de ce moyen de transport révolutionnaire.

Josh Giegel, co-fondateur et chef de projet de l’enseigne a déclaré à CNN Business que les capsules peuvent voyager à la vitesse d’un avion, mais avec une fraction de la consommation d’énergie.

Vers une commercialisation d’ici 2030 ?

Virgin Hyperloop envisage des systèmes de construction qui relient les grandes métropoles entre elles. Giegel a déclaré que ses futurs systèmes commerciaux auront des wagons qui pourront accueillir entre 25 et 30 personnes. L’Hyperloop prévoit alors de transporter des dizaines de milliers de passagers par heure.

Ces systèmes peuvent fonctionner en surface ou sous terre, mais jusqu’à présent, la société s’est concentrée sur des projets en surface. La construction de tunnels souterrains étant pour le moment trop longue et coûteuse.

Des obstacles subsistent tout de même avant la construction d’un système commercial d’hyperboucle. Virgin Hyperloop doit encore réunir suffisamment de fonds pour son prochain projet, une installation d’essai de près de 10 Kilomètres en Virginie occidentale. Coût de l’opération ? 500 Millions de dollars. La compagnie a déjà déclaré que les capsules de ce nouveau projet de test n’atteindraient pas les 960 kilomètres par heure mais, pour anticiper le traitement d’éventuelles objections en cas d’échec des objectifs fixés, a refusé de partager la vitesse à laquelle elles iraient. L’installation de ce nouveau circuit de test est en cours de construction avec l’objectif final de certifier la technologie Virgin Hyperloop. Du côté de l’enseigne, on espère l’approbation du brevet portant sur la technologie d’ici 2025 ou 2026.

Virgin n’est d’ailleurs pas la seule multinationale à s’intéresser aux hyperboucles. Elon Musk, PDG de SpaceX, avait déjà annoncé un concept pour un tel système en 2013. 4 ans plus tard, Musk annonçait via un tweet qu’il avait obtenu « l’approbation verbale du gouvernement » pour construire un tunnel de Washington à New York, dans lequel les trajets pourraient prendre 29 minutes. La première étape du projet est aujourd’hui enlisée dans une étude environnementale, et il n’y a pas de calendrier précis pour son achèvement.

L’entreprise dédiée de Musk, la Boring Company, s’est concentrée sur la construction de tunnels sous les villes, pour un service à vitesse réduite dans des véhicules automatisés Tesla qui ne nécessitent donc pas de tube à vide. Elle construit actuellement un système de ce genre à Las Vegas, appelé « Loop ».

Virgin Hyperloop avait été fondée sous le nom de Hyperloop Technologies en 2014. 3 ans plus tard, conscient des perspectives de performances commerciales qu’un tel projet peut atteindre, le PDG du groupe Virgin Richard Branson a massivement investi dans le projet, le renommant ainsi sous son appellation actuelle.

Source : Edition.cnn.com

Retour en haut