Une nouvelle pénurie de matériaux impacte les constructeurs automobiles comme Toyota

Une nouvelle pénurie de matériaux impacte les constructeurs automobiles comme Toyota
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Toyota a réduit ses prévisions de production pour cette année en raison de l’aggravation de la crise des semi-conducteurs après une recrudescence des cas de Covid-19 en Asie.

Le plus grand constructeur automobile du monde a prévenu qu’il devrait réduire sa production annuelle de 3 % en raison de l’aggravation de la pénurie de puces en Asie du Sud-Est, qui perturbe l’approvisionnement et oblige à fermer des usines pour réaliser des économies.

Plus de 300 000 véhicules ne seront pas construits

Cette annonce intervient moins d’un mois après que la société japonaise a déclaré qu’elle réduisait de 40 % sa production mondiale de ce mois-ci en raison de problèmes de chaîne d’approvisionnement. Toyota a fermé des usines dans le monde entier car les pièces ne parviennent pas aux usines, tandis que Peugeot en Europe et Ford et General Motors aux États-Unis ont réduit leurs équipes, en raison de contraintes d’approvisionnement en semi-conducteurs.

Le groupe japonais a déclaré qu’il réduisait sa production de 70 000 véhicules supplémentaires en septembre et de 330 000 véhicules en octobre. Il prévoit de construire 9 millions de véhicules d’ici la fin de l’année fiscale en mars, au lieu des 9,3 millions prévus précédemment.

En août, il avait annoncé qu’il réduirait sa production de 360 000 unités en septembre.  « Bien que nos usines et nos fournisseurs prennent des mesures de quarantaine et de vaccination approfondies en réponse à la pandémie en Asie du Sud-Est, la propagation des infections par le virus Covid-19 reste imprévisible, ce qui rend difficile le maintien des opérations en raison de l’immobilisation de divers sites », a déclaré l’entreprise dans un communiqué.

La pénurie de pièces cause des retards de production

Les contraintes d’approvisionnement ont été exacerbées par les catastrophes naturelles ainsi que par le coronavirus, une grande partie des semi-conducteurs étant fabriqués en Asie. Selon les analystes, les réductions de production sont dues à la fermeture d’usines en Malaisie, qui fabriquent des puces pour les systèmes de freinage, et au Vietnam, qui fabrique des semi-conducteurs pour les faisceaux de câbles utilisés dans les voitures.

Depuis son premier avertissement en août, Toyota a déclaré qu’un autre fournisseur de pièces en Malaisie a signalé un nouveau groupe de cas de Covid. Alors que l’entreprise se démène pour trouver des composants automobiles de substitution, Kazunari Kumakura, responsable des achats de Toyota au niveau mondial, a déclaré qu’il était de plus en plus difficile de combler le manque d’approvisionnement.

Jusqu’à ces derniers mois, les constructeurs automobiles japonais, en particulier Toyota, avaient échappé au pire des pénuries grâce à leurs importants stocks de puces et à leurs compétences en matière de gestion de la chaîne d’approvisionnement, affinées lors de catastrophes naturelles passées.

Mais même leurs chaînes d’approvisionnement sont soumises à une forte pression, les niveaux de stocks s’amenuisant. « Bien que l’usine malaisienne de semi-conducteurs ait déjà repris ses activités, le taux d’utilisation et le calendrier des livraisons n’ont pas permis la reprise rapide envisagée le 19 août, ce qui est la cause de la réduction supplémentaire », a déclaré Takaki Nakanishi, analyste chez Jefferies. La maison de courtage estime que les troubles liés à la pandémie se résorberont en octobre, et que la pénurie mondiale de puces s’atténuera l’année prochaine.

Dans une récente interview accordée au Financial Times, Hidetoshi Shibata, directeur général du fabricant japonais de puces Renesas Electronics, a déclaré que certains signes indiquaient que certains constructeurs automobiles commençaient à faire des réservations doubles et triples pour l’année prochaine afin d’augmenter les niveaux de stock, créant ainsi un écart plus important entre l’offre et la demande.

Source : FT.com

Retour en haut