Une levée de fonds finance l’un des premiers avions à hydrogène

Une levée de fonds finance l’un des premiers avions à hydrogène
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Jeff Bezos et Bill Gates, entre autres investisseurs, soutiennent le projet de développement d’un avion à hydrogène au Royaume-Uni à hauteur de 38 millions de dollars. Le gouvernement Britannique a également fourni 16,3 millions de dollars pour aider ZeroAvia à fabriquer un avion de 19 places à hydrogène d’ici 2023.

ZeroAvia utilise l’hydrogène comme énergie

Une start-up qui développe le premier vol de passagers alimenté par une pile à hydrogène au monde a réuni 37,7 millions de dollars grâce au soutien du gouvernement et d’un groupe d’investisseurs qui comprend des fonds fondés par Bill Gates et Jeff Bezos. ZeroAvia, dont le siège social est à Cranfield en Angleterre après avoir déménagé des États-Unis l’année dernière, a déclaré qu’elle utilisera l’argent pour développer une technologie qui pourrait réduire les émissions de carbone du secteur de l’aviation en remplaçant la propulsion à base de combustibles fossiles par un système de pile à combustible à hydrogène.

Pour y parvenir, la société a levé 21,4 millions de dollars lors d’un démarchage d’investisseurs mené par Ecosystem Integrity Fund et Breakthrough Energy Ventures, un fonds soutenu par Bill Gates. Parmi les autres investisseurs de ce tour de table figuraient Amazon’s Climate Pledge Fund, Horizons Ventures, Shell Ventures et Summa Equity. Le gouvernement Britannique a également fourni un financement de 16,3 millions de dollars pour aider l’entreprise basée au nord de Londres à produire un avion de 19 places fonctionnant à l’hydrogène d’ici 2023.

ZeroAvia a également annoncé qu’elle avait conclu un partenariat avec British Airways pour étudier comment sa technologie de l’hydrogène pourrait aider la compagnie aérienne à réduire ses émissions. La collaboration entre les deux compagnies est gérée par le biais du programme d’accélérateur de démarrage Hangar 51 de la société mère de British Airways, International Airlines Group (IAG).

Un avion équipé de la technologie de la pile à combustible à hydrogène de ZeroAvia a effectué son premier vol depuis le centre de recherche et de développement de la compagnie à Cranfield en septembre. Val Miftakhov, directeur général de ZeroAvia, était l’un des membres de ce vol de huit minutes qui a vu l’avion – immatriculé G-HYZA en référence à sa source de carburant – faire deux tours de circuits de l’aérodrome du Bedfordshire.

L’avenir du secteur aéronautique

Le vol a servi à démontrer la viabilité du groupe motopropulseur de 800 volts sans émission du ZeroAvia, qui transforme l’hydrogène en électricité pour faire tourner l’hélice du Piper. À l’époque, Iain Gray, directeur de l’aérospatiale à Cranfield, a déclaré que le vol était « un moment aussi important dans l’aéronautique que tous ceux des 75 dernières années, comparable au premier vol du moteur à réaction ».

Cette levée de fonds de ZeroAvia intervient au moment où les constructeurs et les compagnies aériennes sont à la recherche de technologies émergentes qui pourraient être utilisées pour réduire considérablement les émissions.

Alors que Rolls Royce a terminé les essais au sol d’un groupe motopropulseur pour ce qui pourrait devenir le premier avion électrique au monde au début de cette année, Val Miftakhov a déclaré que 10 compagnies aériennes se préparent à utiliser la technologie de la société une fois qu’elle sera prête à être vendue en 2023.

L’entreprise vise à commercialiser des vols de 20 places sur une distance de 800 kilomètres d’ici 2023. Elle veut parcourir jusqu’à 1 500 kilomètres avec plus de 100 sièges d’ici 2030. L’année prochaine, l’entreprise vise à effectuer davantage de vols d’essai qui dureront plus longtemps que le vol de démonstration de septembre.

Selon BloombergNEF, l’industrie aéronautique a ajouté plus d’un milliard de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère en 2019. L’hydrogène pourrait être la clé de la réduction des émissions de ce secteur dans les prochaines décennies. Le plus grand avionneur du monde, le français Airbus, possède également ses propres plans pour développer des avions à hydrogène.

Source : Telegraph.co

Retour en haut