Uber risque de perdre 1 milliard de dollars suite au signalement de 6 000 cas d'agression sexuelle

Uber risque de perdre 1 milliard de dollars suite au signalement de 6 000 cas d'agression sexuelle
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Uber a publié ce jeudi son rapport de sécurité très attendu. Celui-ci révèle notamment 5 981 cas d’agression sexuelle en 2017 et 2018. Parmi eux, 464 viols ont été signalés.

Le rapport, qui survient plus d’un an après une enquête de CNN sur les agressions et les abus sexuels fait également état de 19 décès causés par des agressions physiques en 2017 et 2018.

Dans son rapport, Uber a tenté à maintes reprises de mettre en contexte le nombre d’agressions sexuelles en pourcentage du nombre total de trajets, affirmant dès le départ que 99,9 % des trajets se font sans incident. Il a également contextualisé ses incidents en citant certains taux nationaux.

Des chiffres accablants

Le rapport comprenait des renseignements sur la partie plaignante et la partie accusée, les avenants revendiqués représentant 45 % des incidents d’agression sexuelle commis par les parties accusées.

Le rapport a montré qu’environ 92 % des victimes de viol étaient des passagers et qu’environ 7 % des victimes étaient des chauffeurs. Les femmes représentaient 89 % des victimes, tandis que les hommes représentaient environ 8 % des victimes.

Les quatre autres catégories d’agression sexuelle définies par Uber – y compris les baisers non consensuels, les attouchements non consensuels et les tentatives de viol – ne précisent pas si les parties concernées sont des victimes.

Le nouveau rapport de 84 pages contenait des données qu’Uber avait récoltées sur les années 2017 et 2018 mais aussi des rapports d’incidents résolus au plus tard le 31 octobre 2019.

Un rapport annoncé il y a plus d’un an

Uber s’est engagé pour la première fois à publier le rapport il y a près d’un an en réponse à cette enquête de CNN qui a révélé que 103 conducteurs Uber aux États-Unis avaient été accusés d’agression sexuelle ou d’abus sexuel sur leurs passagers au cours des quatre années précédentes.

Les chauffeurs ont été arrêtés, recherchés par la police ou nommés dans des poursuites civiles liées à ces incidents. C’était la première fois que des chiffres étaient présentés sur la question.

Uber a annoncé des mesures de sécurité accrues en 2018, y compris un partenariat avec RapidSOS, une entreprise que nous pouvons qualifier de centre d’assistance. Lorsque le bouton d’urgence est déclenché dans l’application Uber, l’emplacement du conducteur et des informations pertinentes sont transmis à un service de police local.

Uber a également revu sa politique en matière de ressources humaines afin d’effectuer des vérifications annuelles auprès des conducteurs tout en mettant à niveau sa politique de gestion de la relation client.

Une conséquence directe sur la valorisation boursière de la société

En mai, Uber est entré en bourse et a rapidement averti ses investisseurs de la publication de ce rapport, en précisant qui pourrait avoir un impact négatif sur sa valorisation.

Uber est sur le point de perdre un peu plus d’un milliard de dollars de sa capitalisation boursière suite à la publication de ce rapport.

L’action d’Uber a chuté de 2,2 % à New York vers 5 h du matin, ce qui équivaut à environ 1,1 milliard de dollars de sa capitalisation boursière par rapport à la clôture de 48,9 milliards de dollars enregistrée jeudi. La question qui se pose suite à ce séisme est naturellement : Comment Uber va-t-il réussir à se revaloriser ?

Retour en haut