Uber ferme ses bureaux de Los Angeles et aurait licencié environ 80 personnes

Uber ferme ses bureaux de Los Angeles et aurait licencié environ 80 personnes
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Uber vient d’annoncer la fermeture de ses bureaux situés à Los Angeles. Selon le Los Angeles Times, les employés ont été informés au dernier moment que leur emploi serait désormais assumé par les bureaux situés à Manille aux Philippines.

Business Insider a obtenu un enregistrement de la réunion au cours de laquelle la mauvaise nouvelle a été annoncée. Ruffin Chevaleau, la directrice du centre d’excellence d’Uber à Phoenix (terme utilisé par Uber pour désigner un bureau d’assistance à la clientèle), était la personne chargée de transmettre ces informations.

Une annonce plutôt spontanée et directe

« Nous avons décidé de fermer le bureau du centre-ville de Los Angeles et nous allons transférer le travail de sensibilisation et d’innovation à notre centre d’excellence de Manille, où nous pourrons continuer à soutenir l’entreprise au fur et à mesure de sa croissance », aurait-elle déclaré, en continuant. « Je sais que c’est un choc. Cette réunion a pour but de vous informer tous qu’aujourd’hui est le dernier jour dans ce bureau », a-t-elle ajouté.

Mme. Chevaleau aurait également dit au personnel qu’il recevrait des indemnités de licenciement, qu’ils pourraient postuler à d’autres offres d’emploi proposées par Uber et que leur déménagement serait couvert s’ils trouvaient un emploi dans un des autres bureaux d’Uber, même si cette décision n’incluait aucun préavis.

Une stratégie d’optimisation des coûts

Uber a réduit ses effectifs à hauteur de 1000 employés depuis son entrée en bourse en mai dernier.

Le PDG, Dara Khosrowshahi, cherche à éviter ce qu’il appelle le « double emploi ». Uber n’a jamais fait de profit malgré le fait qu’il soit le plus grand service de covoiturage au monde, la compagnie cherche donc à se développer de manière rentable.

M. Khosrowshahi a également révisé les prévisions de rentabilité d’Uber au début de ce mois de février.

Malgré le soutien du géant japonais SoftBank (très présent dans le marché de l’investissement technologique), l’objectif de rentabilité semble avoir été précipité d’une année. Par conséquent, Uber vise une rentabilité sur le dernier trimestre 2020. Cependant, la société a également déclaré que dans sa stratégie, elle prévoyait toujours de clôturer l’année en cours sur des pertes à hauteur d’un milliard de dollars américain.

Au cours du dernier trimestre de l’année passée, le chiffre d’affaires d’Uber a subi une croissance de 37 % pour se stabiliser à 4,07 milliards de dollars, alors que le montant de la perte nette de la société s’est de son côté stabilisé à 1,1 milliard. L’année dernière, Uber affichait une perte de 887 millions de dollars.

Source utilisée : BusinessInsider.com

Retour en haut