Twitter navigue parmi de nombreux enjeux

Twitter navigue parmi de nombreux enjeux
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Twitter reste largement à la traîne de Facebook et d’Instagram en ce qui concerne le nombre d’utilisateurs. L’entreprise de médias sociaux ne génère pas le type de buzz que YouTube, TikTok et Snapchat font parmi les millénials et les influenceurs de la Génération Z.

Malgré cela, Twitter connaît une année 2021 exceptionnelle à Wall Street. L’action a progressé de près de 30 % cette année, dépassant légèrement les gains de Facebook et de Snap. Mais même si Twitter a annoncé des bénéfices meilleurs que prévu après clôture du marché ce jeudi, des défis subsistent.

À la recherche de nouveaux utilisateurs

Twitter a lancé l’année dernière une fonction de tweets temporaires semblable à celle de Snapchat, appelée Fleets, mais l’a déjà supprimée, indiquant que la fonction disparaîtrait en août. L’échec de Fleets est emblématique des défis de Twitter : tenter de prouver aux utilisateurs et aux annonceurs qu’il peut être plus qu’un fil d’actualité hyperactif pour les accros des médias.

Twitter a terminé le deuxième trimestre avec 206 millions d’utilisateurs, soit près de 11 % de plus qu’il y a un an et plus de 3 % de plus que les 199 millions d’utilisateurs qu’il comptait à la fin du mois de mars. En termes de recrutement de clients, c’est une croissance régulière, mais pas spectaculaire.

Certains actionnaires s’inquiètent également du fait que Twitter n’a pas fait assez pour réprimer les contenus controversés. La société activiste et investisseur de Twitter, Arjuna Capital, a présenté une proposition d’actionnaire lors de l’assemblée annuelle fin mai, demandant à la société d’ajouter à son conseil d’administration une personne ayant une expérience en matière de droits de l’homme ou de droits civils. Ou mieux encore, les deux.

Arjuna a fait des propositions similaires à Facebook ainsi qu’à Alphabet, propriétaire de Google et YouTube, mais ses suggestions ont été rejetées par les actionnaires de ces sociétés. « Ce n’est qu’après la violente attaque du Capitole américain que Donald Trump a été banni de la plateforme pour mettre fin à toute nouvelle incitation à la violence », a déploré Natasha Lamb, associée directrice d’Arjuna Capital, lors de l’assemblée annuelle de Twitter.

« Les liens entre le modèle économique de l’entreprise et les menaces pour les droits civils et humains ne peuvent plus être ignorés », a-t-elle ajouté. « Et si ce modèle a été rentable, il est de plus en plus problématique, menaçant la marque et la licence sociale d’exploitation de Twitter. »

Les revenus publicitaires sont le nerf de la guerre pour Twitter, représentant environ 85% du chiffre d’affaires total. Mme. Lamb a fait valoir que « Twitter est en train de perdre la confiance de ses annonceurs, de ses utilisateurs et, peut-être surtout, des décideurs publics. »

Jack Dorsey face à un dilemme entrepreneurial

Twitter n’est pas encore sorti d’affaire avec les politiques non plus. Trump poursuit le PDG Jack Dorsey, ainsi que Mark Zuckerberg de Facebook et Sundar Pichai d’Alphabet, en raison de ses interdictions d’accès aux plateformes.

Lors de la réunion annuelle de Twitter, M. Dorsey a déclaré à propos de M. Trump que « nous avons directement appliqué nos conditions de service en supprimant ce compte. Il n’y a pas de changement possible. Quand nous bannissons définitivement un compte, nous le bannissons définitivement. »

Pourtant, certains membres du Congrès des deux partis s’inquiètent de la présence de fausses informations sur Twitter et d’autres plateformes de médias sociaux, ce qui fait craindre qu’ils puissent tenter d’imposer des réglementations plus strictes par la suite.

Enfin, certains investisseurs et analystes de Twitter craignent toujours que M. Dorsey ne soit trop sollicité, car il continue de diriger Twitter ainsi que le géant des paiements numériques Square, deux entreprises fondées par le même dirigeant.

Les analystes ont demandé par intermittence à M. Dorsey de choisir une de ses entreprises et de la gérer à plein temps. L’action de Square a beaucoup mieux performé depuis son introduction en bourse en 2015 que Twitter depuis son entrée en bourse en 2013. Pour cette raison, certains analystes pensent que Dorsey doit consacrer tous ses efforts à la croissance de Twitter. Mais d’autres soutiennent qu’il devrait capitaliser sur le succès de Square et laisser quelqu’un d’autre gérer la plateforme de médias sociaux.

Et tandis que d’autres dirigeants de sociétés technologiques, notamment Elon Musk de Tesla et SpaceX, jonglent avec deux emplois de premier plan, Dorsey pourrait suivre l’exemple de Jeff Bezos, qui a récemment quitté son poste de PDG d’Amazon afin de se concentrer sur sa société spatiale Blue Origin et d’autres intérêts commerciaux tels que le Washington Post.

Source : Edition.cnn.com

Retour en haut