Tidjane Thiam, PDG du Crédit Suisse, démissionne dans un contexte de crise

Tidjane Thiam, PDG du Crédit Suisse, démissionne dans un contexte de crise
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Tidjane Thiam, PDG du Crédit Suisse, a démissionné après avoir reconnu que deux scandales d’espionnage avaient « perturbé » la banque suisse l’année dernière.

Le conseil d’administration a accepté à l’unanimité la démission de Tidjane Thiam lors d’une réunion tenue ce jeudi, nommant Thomas Gottstein, vétéran du Crédit Suisse, au poste de PDG, a déclaré la banque d’investissement suisse aujourd’hui.

Le Crédit Suisse voulait « protéger ses intérêts »

L’année dernière, l’ancien directeur général du Crédit Suisse, Pierre-Olivier Bouée, a été impliqué dans deux opérations d’espionnage distinctes, l’une impliquant l’ancien directeur de la gestion de fortune Iqbal Khan. Ce dernier avait quitté son poste pour rejoindre le rival UBS et Pierre-Olivier Bouée semblait craindre qu’il ne tente de débaucher des employés et des clients du Crédit Suisse. La banque a déclaré avoir ordonné cette surveillance pour protéger ses intérêts.

M. Bouée s’est démis de ses fonctions après la révélation de cette affaire. Plus récemment, il a été accusé d’avoir ordonné une opération d’espionnage sur l’ancien directeur des ressources humaines du Crédit Suisse pendant plusieurs jours en février dernier.

Le Crédit Suisse accuse M. Bouée d’un deuxième scandale d’espionnage

« Je n’avais pas connaissance de l’observation de deux anciens collègues. Cela a sans doute perturbé le Crédit Suisse et a provoqué de l’anxiété et de la peine. Je regrette que cela se soit produit et cela n’aurait jamais dû se produire », a déclaré M. Thiam dans son communiqué.

M. Thiam se retirera après la présentation des résultats du quatrième trimestre et de l’année 2019 prévue la semaine prochaine.

Le Crédit Suisse a publié les résultats d’une enquête interne qui précisent que l’ancien directeur général M. Bouée n’avait pas informé M. Thiam ni aucun autre membre de la direction de la banque de la surveillance de M. Khan. Il a ajouté en décembre qu’il n’avait trouvé aucune indication que M. Thiam ou d’autres membres du conseil d’administration savaient quoi que ce soit sur la deuxième affaire d’espionnage avant que les médias n’en parlent.

Une étroite collaboration entre M. Bouée et M. Thiam tout au long de leur carrière professionnelle

Selon leurs biographies au Crédit Suisse, M. Bouée et M. Thiam ont travaillé en étroite collaboration pendant près de deux décennies dans différentes entreprises avant de rejoindre la banque suisse. Les deux hommes étaient chez McKinsey à Paris entre 2000 et 2002. M. Bouée a suivi M. Thiam chez l’assureur britannique Aviv en 2004. Ils ont tous deux rejoint Prudential, un autre assureur britannique, en 2008 avant de rejoindre le Crédit Suisse en 2015.

Tidjane Thiam : un choix surprenant pour diriger le Crédit Suisse

M. Thiam a été un choix surprenant pour diriger cette banque. Il n’avait aucune expérience en matière de placement bancaire direct et était un étranger dans le monde fermé de la finance suisse. À l’époque, le président du Crédit Suisse, Urs Rohner, a cité son expérience de la gestion de fortune, qui est devenue un domaine d’intérêt beaucoup plus important pour les banques européennes, alors qu’elles essayaient de compenser le déclin des banques d’investissement et l’impact des taux négatifs.

Sous la direction de M. Thiam, le Crédit Suisse a mis en œuvre un nouveau pilotage commercial étalé sur trois ans visant à se concentrer sur la gestion des actifs des clients fortunés, à réduire les activités de banque d’investissement et à restructurer ses activités sur les marchés mondiaux. Selon les analystes, la banque doit encore faire plus pour transférer ses ressources de la banque d’investissement de New York et de Londres vers la gestion de fortune en Asie.

Le Crédit Suisse a retrouvé peu à peu l’équilibre après avoir connu une perte financière de 3 milliards de dollars

Le Crédit Suisse a enregistré une perte de 3 milliards de dollars pour son exercice financier de 2015. Ces pertes se sont réduites au cours des premières années de son mandat, avant que la banque redevienne rentable en 2018. Vendredi, M. Rohner a reconnu que M. Thiam avait permis à la banque de renouer avec les bénéfices.

Pourtant, le Crédit Suisse a maintenant rendu les rênes à un initié. M. Gottstein travaille pour la banque depuis plus de deux décennies et dans l’industrie depuis plus de 30 ans. Il est responsable des activités de la banque en Suisse depuis 2015, a déclaré le Credit Suisse.

Dans la déclaration de vendredi, le principal directeur indépendant de la banque, Severin Schwan, a déclaré que M. Rohner avait dirigé le conseil d’administration « de façon louable pendant cette période de turbulences ».

« Après des délibérations minutieuses, le conseil a été unanime dans ses actions, ainsi que dans la réaffirmation de son soutien total au président pour qu’il termine son mandat jusqu’en avril 2021 », a ajouté M. Schwan.

Source utilisée : CNN.com

Retour en haut