Tesla dirige de plus en plus l’Allemagne vers la récession

Tesla dirige de plus en plus l'Allemagne vers la récession
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

L’Allemagne est au bord de la récession alors que son industrie automobile atteint son niveau le plus bas depuis 22 ans. Tesla a particulièrement perturbé l’épine dorsale de l’économie allemande.

L’économie allemande est au ralenti alors que son industrie automobile, autrefois illustre, vacille. L’une des principales raisons de cette récession est l’arrivée de Tesla sur le sol européen.

Un ingénieur allemand l’a bien exprimé en qualifiant Tesla de « menace existentielle » pour l’ensemble de l’industrie automobile allemande et en exhortant les PDG du pays à faire mieux : « Vos ambitions en matière de véhicules électriques ne répondent pas aux attentes des consommateurs. Ces attentes ont été fixées par votre plus grand concurrent actuel et futur, Tesla ».

La Model 3 de Tesla se vend mieux que tous les grands rivaux allemands aux États-Unis et en Europe.

L’économie de l’Allemagne en quelques chiffres

Les derniers chiffres économiques de l’Allemagne ne sont pas bons. La croissance du pays est nulle pour le quatrième trimestre 2019. Le pays est donc maintenant en proie à la récession.

Andrew Kenningham de Capital Economics a déclaré : « Nous pensons que l’économie continuera à flirter avec la récession au cours du premier semestre de cette année ».

Le principal problème est le déclin rapide de la fabrication automobile et des exportations.

Une problématique similaire à celle vécue par la ville de Detroit

Reuters a comparé le défi auquel l’Allemagne est confrontée avec la ville de Detroit durant les années 1970, où un déclin rapide de l’industrie automobile avait décimé toute la ville.

L’industrie automobile allemande est tombée à son plus bas niveau en 22 ans, mettant en danger près d’un million d’emplois. Un dixième de ces emplois devrait disparaître au cours de la prochaine décennie. Ces réductions d’effectifs auront lieu chez les constructeurs automobiles eux-mêmes (BMW, Volkswagen, Daimler) et chez les fournisseurs de la région (Michelin, Bosch, Continental).

Dans certaines régions du pays, les travailleurs du secteur de l’automobile représentent 15 % de la main-d’œuvre. L’effet de ces réductions sur les dépenses, la consommation et le PIB est difficile à quantifier.

La domination de Tesla s’étend à l’Europe

La plupart des défis auxquels l’industrie automobile allemande est confrontée sont dus à la demande croissante de voitures électriques.

Lorsque Tesla a lancé la Model 3 en Europe l’année dernière, il a immédiatement dépassé les berlines concurrentes de BMW et Mercedes. En décembre 2019, elle était la troisième voiture la plus vendue. Elon Musk prépare actuellement une gigantesque usine Tesla en Allemagne pour tirer parti de la demande.

Mais les voitures électriques ne nécessitent pas la même main-d’œuvre pour être construites. Comme l’écrit Reuters, « les voitures électriques nécessitent moins de travail d’assemblage que les véhicules à moteur à combustion ».

Stefan Bratzel, du Centre allemand de gestion de l’automobile, a expliqué : « La transition vers l’électrique pourrait bien marquer la fin de l’âge d’or de l’automobile en tant qu’employeur de masse. »

L’effet Tesla : une transition accélérée vers l’électrique

Mais le problème ne se limite pas au nombre de ventes réalisées par Tesla. Ces chiffres annoncent une véritable transition. Dès le premier jour, l’objectif de Tesla a été d’accélérer la transition des entreprises du secteur vers l’énergie durable.

Tesla a forcé toute l’industrie automobile à se tourner vers les véhicules électriques et a fait baisser leur coût de production. Les constructeurs automobiles allemands ne se sont pas adaptés assez rapidement à cette évolution.

En effet, comme l’a ajouté un ingénieur allemand : « Il est temps de faire face à l’inconfortable vérité selon laquelle les constructeurs automobiles allemands n’ont pas une seule voiture, qu’il s’agisse d’une voiture à essence/diesel ou d’une voiture électrique, en production ou en développement aujourd’hui, qui puisse concurrencer la Model 3. »

La demande de véhicules Tesla sur des marchés principaux tels que la Chine est également en plein essor. En parallèle, la demande en voitures allemandes est en baisse depuis 17 mois consécutifs.

Les analystes ont spéculé sur cette perturbation que provoque Tesla depuis des années, mais avec l’Allemagne qui est maintenant au bord de la récession, les faits sont là. Si les constructeurs automobiles allemands n’agissent pas maintenant en ayant une réflexion globale et partagée, ils prennent le risque de mettre en péril une partie de leur clientèle, et le pays risque d’entrer dans une phase de récession paralysante.

Source utilisée : CCN.com

Retour en haut