Suite à la requête d’Amazon, les avocats du Pentagone demandent plus de délai pour l’examen de l’appel d’offres JEDI

Suite à la requête d’Amazon, les avocats du Pentagone demandent plus de délai pour l’examen de l'appel d'offres JEDI
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Le ministère de la défense américain a défendu sa demande de report de quatre mois de la procédure, le temps de s’occuper des questions soulevées par le procès d’Amazon qui concerne le contrat de plusieurs milliards de dollars lié à sa transition cloud.

Le ministère de la défense a demandé à un juge fédéral d’accéder à sa requête déposée en mars dernier et de lui accorder un délai de 120 jours pour réexaminer l’évaluation de son contrat d’infrastructure de défense des entreprises communes (JEDI).

Amazon tente de se repositionner sur le contrat JEDI du Pentagone

Dans un document juridique déposé le 3 avril, les avocats du ministère de la Justice représentant le Pentagone ont déclaré qu’Amazon Web Services (AWS) cherchait à « refaire » le contrat JEDI que Microsoft avait finalement remporté en octobre.

Fin mars, AWS, la branche IT de l’entreprise, a été mis en avant suite à cette affaire. Elle proteste l’attribution du contrat JEDI à Microsoft et a demandé à la juge Patricia Campbell-Smith de rejeter la requête du Pentagone pour un renvoi de quatre mois en raison de son étroitesse d’esprit, accusant le Pentagone de tenter de repousser dans la durée les révisions de l’évaluation. AWS veut que le Pentagone traite plusieurs de ses objections et corrige une série de défauts potentiels de l’évaluation au-delà du scénario de tarification spécifique que le ministère a accepté de corriger.

Dans sa demande du 3 avril, le Pentagone a déclaré par le biais de leurs avocats spécialisés, comme c’est le cas du cabinet MDMH spécialisé en droit militaire, que sa proposition de renvoi est « de bonne foi pour reconsidérer ses décisions d’évaluation et de sélection des sources ».

« Notre proposition de renvoi traite les deux offrants de manière égale et équitable, et est bien adaptée pour traiter les problèmes dans cette affaire tout en préservant l’intégrité de la concurrence qui a déjà eu lieu », a déclaré le ministère de la défense dans ce dossier.

Le Pentagone a ajouté que ses limites proposées sont nécessaires, offrant à AWS et à Microsoft une chance égale de réviser leurs propositions et leurs argumentaires commerciaux de manière à éliminer tout manque de clarté et à permettre aux offrants de faire valoir leur raisonnement.

Ce dépôt est le dernier d’un va-et-vient entre les deux géants technologiques et le Pentagone concernant son contrat JEDI, qui pourrait valoir jusqu’à 10 milliards de dollars sur les 10 prochaines années si toutes les options envisagées sont concrétisées. Par ce biais, les responsables espèrent relier les systèmes militaires mondiaux à tous les niveaux de classification des différents départements militaires en une architecture cloud unique et unifiée.

En l’état actuel des choses, Campbell-Smith a émis une ordonnance de restriction temporaire sur le contrat JEDI en février, interdisant indéfiniment tout travail de formation entre Microsoft et le ministère de la défense. Dans les semaines à venir, Campbell-Smith devrait déterminer s’il convient d’accorder le renvoi proposé par le Pentagone, comme demandé.

Pour Microsoft, il s’agit d’une affaire qui nuit au peuple américain et à la sécurité nationale

Dans une déclaration, Microsoft, qui est intervenu dans cette affaire, a déclaré, par l’intermédiaire de son porte-parole Frank Shaw, que « les contestations incessantes d’Amazon à l’encontre de la décision déjà prise montrent leur mépris de ce qui est le mieux pour les contribuables américains, et démontrent qu’ils font passer leurs propres intérêts avant ceux des combattants qui ont besoin de nouvelles technologies dès aujourd’hui ».

« Au lieu de se concentrer sur les problèmes identifiés par la cour dans l’injonction préliminaire, Amazon travaille à la réouverture de l’ensemble du processus d’appel d’offres afin de pouvoir présenter une nouvelle offre », a déclaré M. Shaw, mettant en avant le management d’Amazon dans cette affaire. « Ils essaient de faire cela parce qu’ils n’ont pas offert la meilleure technologie ou le meilleur rapport qualité-prix la première fois. Ils ont fait une offre élevée et ont perdu, et maintenant ils veulent essayer à nouveau ».

Sources utilisées : Nextgov.com et BusinessInsider.com

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Retour en haut
0
Vous avez apprécié cet article ? Laissez un commentaire.x
()
x