Stripe devient la startup américaine la plus valorisée

Stripe devient la startup américaine la plus valorisée
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

La valorisation de Stripe Inc. a presque triplé en moins d’un an pour atteindre 95 milliards de dollars grâce à son dernier tour de table de financement, ce qui en fait la startup américaine la plus valorisée.

Stripe facilite la vente en ligne pour les entreprises

La société de traitement des paiements en ligne a obtenu 600 millions de dollars lors de sa dernière levée de fonds, a indiqué Stripe dans un communiqué. Cette valorisation se situe dans le haut de la fourchette rapportée par Bloomberg News en novembre, lorsque Stripe était en pourparlers avec des investisseurs pour porter sa valeur à plus de 70 milliards de dollars, avec la possibilité de la faire grimper jusqu’à 100 milliards de dollars. Cette valorisation a également dépassé SpaceX du milliardaire Elon Musk et Instacart Inc, selon les données de CBInsights.

Stripe a été fondée en 2010 par deux frères irlandais : Patrick Collison, 32 ans, et son jeune frère John, 30 ans. Grâce à la création de ce logiciel SaaS, leur fortune nette a bondi à 11,4 milliards de dollars chacun avec la dernière évaluation, selon l’indice Bloomberg Billionaires, contre 4,3 milliards de dollars lors du dernier cycle de financement.

La société, qui vend des logiciels permettant aux entreprises d’accepter des paiements en ligne, a bénéficié du boom du commerce électronique, accéléré par la pandémie de coronavirus. La société s’est récemment diversifiée pour offrir des comptes courants aux entreprises par l’intermédiaire de fournisseurs e-commerce, en travaillant avec des banques telles que Citigroup, Goldman Sachs Group et Barclays Plc. Le logiciel de la société, qui est en concurrence avec Square et Paypal, est utilisé par les entreprises pour accepter les paiements en provenance de divers pays et organismes bancaires. Parmi ses clients figurent Amazon, Salesforce ou encore Lyft.

Une stratégie de développement basée sur le long terme

Stripe investira dans ses opérations européennes, en particulier dans son siège social à Dublin, afin de soutenir la demande croissante et d’étendre son réseau mondial de paiements et de trésorerie. Elle dispose également d’un double siège à San Francisco, selon son site web.

La startup n’avait pas vraiment besoin de cet argent malgré la levée de fonds, a déclaré la directrice financière Dhivya Suryadevara. « Je considère cette opération comme une opportunité supplémentaire à saisir », a-t-elle déclaré dans une interview dimanche. L’entreprise « est très efficace en termes de capital ». Stripe était évalué à 36 milliards de dollars aussi récemment qu’en avril, lorsqu’il a levé 600 millions de dollars auprès d’investisseurs dont Andreessen Horowitz et Sequoia Capital.

Mike Moritz, associé de Sequoia Capital et membre du conseil d’administration de Stripe, a déclaré lors d’une interview que l’argent ne sera qu’un « fonds pour les mauvais jours, car  il est utile d’avoir un peu plus d’assurance. » Stripe a bénéficié du fait que certains de ses clients tels qu’Instacart, qui ont commencé petit, sont devenus des entreprises importantes qui ont boosté l’activité de la startup. Pour Stripe, « la croissance a été rapide, et peut-être même plus rapide que prévu », a déclaré M. Moritz.

Les deux représentants de Stripe ont chacun déclaré qu’ils continueront à rechercher des investisseurs sérieux. La société ne se concentre pas sur une introduction en bourse pour le moment, selon la directrice financière, et a choisi des investisseurs qui partagent des objectifs sur le long terme. « Les dix prochaines années et au-delà seront encore plus passionnantes », a-t-elle ajouté.

Mark Carney, ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre et de la Banque du Canada, a rejoint son conseil d’administration le mois dernier. Il contribuera à guider les efforts de la startup pour permettre à davantage d’entreprises d’apporter des fonds aux technologies émergentes de suppression du carbone.

Source : Bloomberg.com

Retour en haut