Selon Mark Zuckerberg, Instagram et WhatsApp sont mieux gérés en étant intégrés à Facebook

Selon Mark Zuckerberg, Instagram et WhatsApp sont mieux gérés en étant intégrés à Facebook
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Certains législateurs ont demandé si c’était une bonne idée que trois des applications de médias sociaux les plus populaires au monde appartiennent à la même entreprise.

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, prévoit d’utiliser une audition du Congrès ce mercredi sur le sujet des monopoles technologiques pour défendre la taille de sa société de réseaux sociaux.

Le monopole de Facebook, un sujet épineux

M. Zuckerberg dira à une sous-commission judiciaire de la Chambre des représentants que les applications populaires Instagram et WhatsApp sont mieux placées sous l’égide de Facebook, malgré les appels au gouvernement pour briser le géant social, selon une copie du témoignage préparé par M. Zuckerberg et publié par la société à la veille de l’audition.

« Facebook a fait d’Instagram et de WhatsApp des membres à part entière de notre famille d’applications », a déclaré M. Zuckerberg dans son témoignage.

« Instagram et WhatsApp ont pu développer et exploiter leurs services en utilisant l’infrastructure sur mesure et à moindre coût de Facebook et s’attaquer au spam et aux contenus nuisibles avec les équipes d’intégrité et la technologie de Facebook ».

Le sujet d’Instagram et de WhatsApp est important car des analystes et des législateurs, dont la sénatrice Elizabeth Warren, ont demandé que Facebook soit obligé de vendre ces applications. Ils ont demandé si c’est une bonne idée que trois des applications sociales et de communication les plus populaires au monde appartiennent à la même entreprise, et qu’elle se retrouve à avoir autant de contrôle sur les abonnés et leads formés par le développement d’une telle communauté.

D’autres compagnies interrogées sur le même type de sujets

M. Zuckerberg est l’un des quatre grands PDG du secteur technologique qui doivent témoigner mercredi devant une sous-commission antitrust de la Chambre des représentants qui examine leur pouvoir sur le marché. Le président David Cilline, enquête sur l’industrie technologique depuis plus d’un an et prépare un rapport sur les éventuelles pratiques anticoncurrentielles.

Dans son propre témoignage et son argumentation préparés pour l’audition, le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a défendu les pratiques de management de son entreprise, y compris ses salaires et ses avantages sociaux, et a déclaré que, dans les affaires, une grande taille est parfois nécessaire.

« J’aime les entrepreneurs de garage, j’en étais un. Mais, tout comme le monde a besoin de petites entreprises, il a aussi besoin de grandes entreprises », a déclaré M. Bezos. « Il y a des choses que les petites entreprises ne peuvent tout simplement pas faire. Peu importe à quel point vous êtes un bon entrepreneur, vous ne construirez pas un Boeing 787 tout en fibre dans votre garage ».

Bezos a déclaré qu’Amazon emploie maintenant directement un million de personnes.

Les deux autres PDG qui doivent témoigner, Tim Cook d’Apple et Sundar Pichai de Google, n’ont pas encore rendu public leur témoignage préparé.

La Chine également en ligne de mire

Les cinq pages de remarques de Zuckerberg mentionnent également la Chine, arguant que les grandes entreprises technologiques américaines partagent toutes des valeurs telles que la démocratie et la liberté d’expression que la version chinoise de l’internet ne partage pas. Notamment du point de vue de la gestion des bases de données obtenues par les applications chinois et leur utilisation concrète dans le cadre commercial et gouvernemental du pays.

Facebook a acheté Instagram pour un milliard de dollars en 2012 dans le cadre d’un accord qui a depuis été considéré comme une bonne affaire car Instagram a connu une croissance fulgurante en termes de pertinence culturelle et de rentabilité. Facebook a acheté WhatsApp pour 22 milliards de dollars en 2014.

M. Zuckerberg a déclaré que le résultat final de la combinaison des trois applications est de meilleurs services pour les utilisateurs et les annonceurs.

Source : NBCnews.com

Retour en haut