Plus de 600 000 travailleurs britanniques ont perdu leur emploi pendant le confinement

Plus de 600 000 travailleurs britanniques ont perdu leur emploi pendant le confinement
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

L’ONS (Bureau des statistiques nationales du Royaume-Uni) a constaté que le nombre de travailleurs britanniques a diminué de plus de 600 000 entre mars et mai, alors que la crise du coronavirus faisait des ravages dans l’économie britannique et dans le monde du travail dans sa globalité.

En parallèle, les inscriptions au chômage et les demandes d’allocations ont augmenté de 1,6 million selon les chiffres officiels, le confinement mis en place en conséquence du COVID-19 ayant frappé le marché du travail britannique.

Une crise sanitaire qui se répercute sur le marché du travail malgré les dispositifs mis en place

Selon le compte rendu de l’ONS, les premières estimations montrent que le nombre d’employés rémunérés a diminué de 2,1 %, soit un peu plus de 600 000 personnes en mai en comparaison avec les chiffres de mars, malgré les dispositifs de travail à domicile mis en place par de nombreuses sociétés britanniques.

Le nombre de personnes temporairement absentes de leur travail, y compris les travailleurs en congé, a augmenté de 6 millions entre fin mars et avril. Le nombre d’heures travaillées chaque semaine a ainsi chuté de 94,2 millions, soit 8,9 % en glissement annuel, au cours des trois mois précédant le mois d’avril, toujours d’après l’ONS.

Les demandes d’allocations chômage dans le cadre du dispositif du crédit universel ont grimpé de 23,3 % en mai pour atteindre 2,8 millions. Par rapport à l’évolution de ce nombre depuis mars, nous constatons une hausse de 125,9 %, soit 1,6 million de personnes de plus depuis le mois de mars, date à laquelle le Royaume-Uni a pris la décision de se placer en situation de quarantaine.

Cependant, le taux de chômage au Royaume-Uni est resté largement inchangé en glissement trimestriel, à 3,9 %, au cours des trois mois qui se sont terminés en avril.

Quelques avis d’économistes reconnus

Ruth Gregory, économiste chez Capital Economics, a déclaré qu’il était « tout à fait clair » que le marché du travail s’était considérablement affaibli.

« Une partie de ces chiffres va certainement commencer à se répercuter sur les chiffres réels du chômage lorsque le programme gouvernemental d’aide à l’emploi sera supprimé à partir du mois d’août ».

Tej Parikh, économiste en chef à The Institute of Directors, confirme cette idée : « Le programme de congés continue à retarder la plupart des pertes d’emploi, mais le chômage devrait augmenter dans les mois à venir ».

Yael Selfin, économiste en chef chez KPMG UK, a averti que de nombreuses entreprises ne devraient demander qu’à une partie de leur main-d’œuvre de reprendre le travail, l’objectif étant de rouvrir rapidement après cette fermeture indépendante de leur volonté.

« L’embauche de nouveaux travailleurs est également susceptible d’être mise en attente pendant un certain temps », a-t-elle déclaré.

Sources utilisées : BBC.com / Metro.co.uk

Retour en haut