Oracle, mauvais élève en matière de diversité ?

Oracle, mauvais élève en matière de diversité ?
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Après des années de lutte contre la publication d’informations détaillées sur la démographie des employés, Oracle Corp. a rejoint d’autres géants technologiques de la Silicon Valley pour être plus transparent sur les chiffres qui montrent une main-d’œuvre majoritairement blanche et masculine.

Oracle dévoile la composition de son effectif

La multinationale américaine est une société spécialisée dans le recueil et l’hébergement de bases de données, dont le champ d’intervention s’étend de la qualification de fichiers à la conservation de données très confidentielles.

Pour la première fois, l’entreprise a publié des chiffres sur la diversité qui incluent le nombre de nouveaux recrutements par ethnicité et par sexe, ainsi que son rapport EEO-1 qui ventile les données démographiques sur la main-d’œuvre et les dirigeants. Un rapport que les entreprises sont tenues de déposer auprès de la Commission fédérale pour l’égalité des chances dans l’emploi. Oracle avait précédemment demandé un accord de confidentialité auprès de la Commission, bien que l’organisation de presse Reveal ait réussi à obtenir l’année dernière l’accès au rapport 2015 de l’entreprise et en ait rapporté quelques chiffres.

Oracle, dont le directeur général est une femme, Safra Catz, a donc déclaré que 68,8% de ses employés sont des hommes et 31,2% des femmes. Près de 60 % de sa main-d’œuvre globale est blanche, 26,9 % asiatique, 6,5 % hispanique, 3,7 % noire, 3,1 % d’origines multiples.

L’entreprise a déclaré que ses cadres étaient majoritairement blancs à 68,8 % et asiatiques à 28,2 %. Elle a ajouté que la direction était composée à 26,3 % de femmes. L’entreprise a également publié son rapport EEO-1 de 2018, mandaté par le gouvernement fédéral, qui montre des chiffres différents : 111 de ses 141 cadres, hauts fonctionnaires et dirigeants étaient blancs cette année-là, soit près de 80 %, alors que seulement 16 étaient des femmes, soit environ 11 %.

Ce chiffre est inférieur à celui de deux entreprises comparables de la Silicon Valley qui ont publié leur rapport sur la diversité au niveau fédéral, Cisco Systems Inc. et Salesforce.com Inc. Leurs rapports montrent une représentation féminine respective de 22 % et 25 % parmi leurs cadres supérieurs en 2018. En ce qui concerne la représentation raciale, Oracle est en ligne avec Salesforce, qui a indiqué que 81 % des employés de haut rang étaient blancs, et mieux que Cisco, qui a indiqué que 91 % des employés de haut rang étaient blancs.

Une transparence devenue inévitable

L’éditeur d’outils de CRM (gestion de la relation client) et de logiciels managériaux a été l’un des géants technologiques de la Silicon Valley les plus secrets lorsqu’il s’agit de partager des informations sur la composition de sa main-d’œuvre. L’entreprise a cité des problèmes de concurrence et le droit à la vie privée des employés dans des lettres s’opposant à la publication de ce fameux rapport EEO-1.

L’entreprise était confrontée cette année à une volonté d’actionnaires qui auraient demandé plus de transparence sur la diversité de son personnel.

Meredith Benton, consultante chez As You Sow à Berkeley (Californie) et directrice de Whistle Stop Capital, a déclaré qu’elle pense qu’Oracle s’est comparé à ses pairs, qui ont divulgué des informations détaillées pendant des années. « Je pense que c’est en grande partie pour cette raison qu’ils sont allés de l’avant« .

Vickie Thrasher, vice-présidente senior des ressources humaines chez Oracle, a déclaré dans un communiqué : « Oracle croit que la diversité et l’inclusion est un impératif commercial qui inspire l’innovation et augmente l’engagement des employés.  Nous nous sommes engagés à promouvoir une culture mondiale d’inclusion où les employés sont valorisés et capables de s’investir pleinement dans leur travail chaque jour« .

Oracle a fait l’objet d’une action en justice pour des questions de diversité. En septembre, elle a gagné un procès contre le ministère du travail, qui l’avait accusée de discrimination salariale délibérée à l’encontre des femmes, des employés d’origine africaine et asiatiques. L’entreprise est également confrontée à un procès intenté l’année dernière par des actionnaires, qui l’accusent de « faire sans cesse de fausses déclarations sur l’engagement de l’entreprise en faveur de la diversité« .

Source : Marketwatch.com

Retour en haut