L’OPEP+ tiendra une réunion virtuelle lundi suite aux récentes prises de position de Donald Trump

L'OPEP+ tiendra une réunion virtuelle lundi suite aux récentes prises de position de Donald Trump
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et 10 autres pays producteurs dont la Russie (OPEP+) souhaitent mettre en place rapidement une réunion suite à l’intervention du président Donald Trump qui a appelé à une réduction coordonnée de la production pour mettre fin à la baisse historique des prix du pétrole brut.

Une réunion virtuelle aura lieu lundi, a déclaré un délégué. Elle sera ouverte à tous les producteurs et non seulement à ceux de l’OPEP+ et de ses alliés, mais les délégués ne savent pas encore qui y participera. Jusqu’à présent, les États-Unis n’ont donné aucune indication sur leur volonté d’y participer.

La volonté d’une entente globale

Trump a ébranlé les marchés hier en tweetant qu’il s’attendait à ce que la Russie et l’Arabie saoudite réduisent leur production d’environ 10 millions de barils, soit environ un dixième de la production mondiale de pétrole en se basant sur les indicateurs commerciaux actuels du marché. Mais selon certaines experts, le président souhaite également que d’autres producteurs apportent leur contribution.

De nombreux obstacles limitent les chances d’un potentiel accord, la Russie s’étant empressée de nier jeudi qu’un accord avait été conclu. Même si une entente est possible, une réduction de 10 millions de barils ne ferait que diminuer la surabondance de pétrole créée suite aux retombées économiques initiées par le COVID-19. Les négociants estiment que la demande perdue pourrait atteindre 35 millions de barils.

Les sursauts négatifs des différents indices pétroliers

Dans certains segments du marché, les prix physiques sont devenus négatifs, certains producteurs vont donc devoir suspendre leur production car il n’y a pas assez d’espace pour stocker l’excédent de brut. Les navires pétroliers se remplissent rapidement mais ils sont utilisés pour le stockage et non pour le transport comme c’est le cas habituellement.

Les producteurs du monde entier ressentent les difficultés liées à la guerre des prix directement au sein de leurs bilans financiers respectifs. Cette guerre a commencé il y a un mois suite au refus de la Russie de participer à certaines réductions au niveau de sa production. L’Arabie Saoudite a agressivement réduit son prix du brut quelques jours plus tard, dans le but de s’emparer des clients des autres marchés et des zones de chalandise de la Russie.

Les producteurs de schiste aux États-Unis sont en difficulté et les finances nationales sont sous pression. La Russie s’attend à ce que le prix du pétrole atteigne 20 dollars le baril cette année, elle va donc augmenter ses emprunts pour compenser un déficit associé à une gestion budgétaire déséquilibrée.

Les options de Washington

Trump va rencontrer ce vendredi les cadres du secteur pétrolier, qui se battent entre eux pour savoir ce que l’administration doit faire.

La Maison-Blanche a envisagé d’imposer des droits de douane sur les importations de pétrole étranger pour protéger les producteurs américains, bien que l’idée soit contestée par certains conseillers de haut niveau de Donald Trump, dirigés par Larry Kudlow, le directeur du Conseil économique national.

L’idée d’une réduction de la production américaine, probablement réalisée en plafonnant les exportations, est également sur la table à la Maison Blanche, bien que de nombreux représentants de l’industrie pétrolière aient averti que cette approche amènerait les États-Unis à céder « la domination énergétique » que le président américain a maintes fois célébrée.

M. Trump a notamment déclaré hier qu’il s’attendait à un accord, mais n’a pas mentionné le rôle des Etats-Unis : « Ce serait formidable pour la Russie et pour l’Arabie Saoudite. J’espère qu’ils concluront cet accord, mais c’est ce qu’ils m’ont dit », a-t-il déclaré.

Source utilisée : Bloomberg.com

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Retour en haut
0
Vous avez apprécié cet article ? Laissez un commentaire.x
()
x