L’industrie manufacturière maintient l’économie allemande en reprise, tandis que l’économie française trébuche

L'industrie manufacturière maintient l'économie allemande en reprise, tandis que l’économie française trébuche
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Les usines allemandes ont permis à la plus grande économie d’Europe d’avancer dans la bonne direction ce mois-ci, les inquiétudes concernant le virus ayant fait des ravages dans l’industrie des services.

L’indice IHS Markit des directeurs d’achat dans le secteur manufacturier est passé de 52,2 en août à 56,6 en septembre, le plus haut niveau depuis plus de deux ans. En revanche, l’indice des services est tombé à 49,1, faisant tomber l’indice composite combiné à son niveau le plus bas depuis trois mois.

Le rapport fait écho à des chiffres antérieurs pour la France, où l’on constate également une divergence entre l’industrie manufacturière et les services. La faiblesse de ce dernier est liée à la hausse des cas de coronavirus observée dans toute l’Europe ces dernières semaines, qui a poussé les pays à imposer de nouvelles restrictions pour contenir la propagation.

Sur le marché international des devises, l’euro a légèrement reculé après la publication des chiffres français, mais il s’est redressé.

Un constat mitigé

Mardi, l’institut allemand Ifo a déclaré que le marasme économique de cette année sera moins important que prévu, révisant ses prévisions à moins 5,2 %. Tout en notant que l’industrie manufacturière bénéficiera de l’amélioration de la demande mondiale, il a averti que les restrictions sur le comportement des consommateurs signifient que certaines entreprises ne survivront pas, ce qui aura des conséquences sur le chômage et la recherche d’emploi.

Les services « ont peut-être atteint un plafond en raison des restrictions sociales en cours et des niveaux d’incertitude encore élevés dans l’économie, notamment en ce qui concerne la sécurité de l’emploi », a déclaré Phil Smith, économiste chez IHS Markit. « Le secteur manufacturier continue de rebondir fortement grâce en partie à l’amélioration de la demande d’exportation ».

En France, la reprise économique trébuche avec les nouveaux cas de contaminations

La reprise économique de la France a trébuché ce mois-ci, un rapport faisant état d’une baisse de l’activité et de la productivité, de la demande et de l’emploi dans le secteur privé.

Le rapport établit un lien entre la baisse et la hausse des cas de coronavirus observés dans toute l’Europe ces dernières semaines. Les pays ont imposé de nouvelles restrictions à la circulation afin d’inverser la tendance, frappant les entreprises.

La baisse de l’indice des prix à la consommation fait suite à un rebondissement après le blocage du marché au début de l’année, qui s’est avéré plus fort que prévu. Toutefois, bien que les perspectives de croissance à court terme aient été revues à la hausse, les gouvernements et les banques centrales ont clairement indiqué que la reprise complète prendra beaucoup plus de temps et que de nombreuses industries sont toujours en difficulté.

L’indice français des services est passé de 51,5 en août à 47,5 en septembre, tandis que l’indice manufacturier est passé de 49,8 à 50,9.

Les gouvernements ont déclaré qu’ils hésitaient à imposer à nouveau des arrêts complets en réponse au virus, mais les entreprises sont toujours inquiètes d’une telle issue. Selon le rapport d’IHS Markit, certaines entreprises hésitent à embaucher du personnel, ou privilégient les emplois étudiants ou à temps partiel « par crainte d’une seconde période de fermeture prolongée ».

Source : Bloomberg.com

Retour en haut