Les profits de Heineken chutent suite au confinement et aux limitations dans les bars

Les profits de Heineken chutent suite au confinement et aux limitations dans les bars
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Heineken, le deuxième brasseur mondial, a annoncé une baisse de 53 % de ses bénéfices au premier semestre, les fermetures ayant décimé les ventes dans les bars et restaurants suite au confinement.

Le bénéfice net a chuté de 76%, la société ayant subi une dépréciation d’actifs de 550 millions d’euros, a déclaré Heineken ce jeudi lors de la publication de résultats préliminaires. De son côté, le titre de l’entreprise a été sévèrement impacté en chutant de 5,9 %.

Les recettes nettes du brasseur ont chuté de 16 %.

Les revenus nets de Heineken ont chuté de 16,4 % au premier semestre, l’impact des mesures de confinement liées au COVID s’étant intensifié au deuxième trimestre, selon le communiqué relayé par le brasseur.

Cette baisse est due à une diminution organique de 13,4 % du volume total consolidé et à une chute de 3,6 % du revenu net par hectolitre, notamment en lien avec également une baisse des marges commerciales. Heineken a également précisé que le volume de bière avait chuté de 11,5 % au cours du premier semestre 2020, et cela au niveau de la totalité de son parcours client et commercial.

« Après un point bas en avril, le volume a commencé à se redresser progressivement en juin, avec la levée des mesures de confinement dans le monde entier et la reconstitution des stocks par les clients », a déclaré M. Heineken, ajoutant que les volumes de bière ont été les plus touchés en Amérique, en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe de l’Est.

Le bénéfice d’exploitation, également en baisse

Le bénéfice d’exploitation préliminaire et le bénéfice net de la société ont chuté de 52,5 % et 75,8 % respectivement en janvier et juin, selon le rapport publié ce jeudi en parallèle du communiqué évoqué plus haut.

Le rival danois de Heineken, Carlsberg, a déclaré la semaine dernière qu’il avait subi une baisse plus faible que prévu du bénéfice d’exploitation du premier semestre, car son principal marché chinois a fortement rebondi au cours du deuxième trimestre.

Pour sa part, Heineken a déclaré que son bénéfice d’exploitation a été « disproportionnellement » affecté par les fermetures de restaurants et de bars pendant la crise et a déclaré avoir comptabilisé 500 millions d’euros d’éléments exceptionnels sur les dépréciations d’actifs corporels et incorporels, sans donner de détails.

« Heineken préannonce un chiffre d’affaires légèrement moins mauvais », ont commenté les analystes du Crédit Suisse dans leur première note aux clients, ajoutant que l’impact sur les marges et les bénéfices organiques avant intérêts et impôts était légèrement plus mauvais que prévu.

Heineken publiera les résultats définitifs du premier semestre le 3 août.

Quant au reste des acteurs mondiaux, les brasseurs du monde entier se débattent alors que les gouvernements envisagent de nouvelles restrictions sur les bars et les restaurants afin de réduire les regroupements de personnes qui pourraient alimenter la propagation du coronavirus. Face au risque d’une deuxième vague de contaminations de grande ampleur, il reste à savoir si les acteurs de ce marché seront suffisamment solides pour remettre en question leur stratégie commerciale et d’acquisition client pour traverser une deuxième fois cette crise.

Source : Bloomberg.com

Retour en haut