Les normes de travail s’améliorent pour les travailleurs Chinois

Les normes de travail s’améliorent pour les travailleurs Chinois
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

La société chinoise de vidéos courtes Kuaishou a officiellement annulé sa politique d’heures supplémentaires le week-end, tandis que son concurrent, ByteDance, société mère de TikTok, débat en interne de l’opportunité de faire de même. Une avancée dans un pays ou la sphère du travail occupe une place prépondérante dans la vie des travailleurs Chinois

Le rythme de travail intensif au centre du débat

La décision de Kuaishou, qui a levé 5,4 milliards de dollars lors d’une introduction en bourse au début de l’année, intervient alors que le secteur technologique chinois est aux prises avec les plaintes des employés concernant le surmenage et les mauvais traitements. En janvier, l’annonce de deux décès chez le géant du commerce électronique Pinduoduo a suscité un débat national sur le fameux horaire « 996 », qui consiste à travailler de 9 heures à 21 heures six jours par semaine.

Kuaishou et ByteDance avaient auparavant adopté la pratique commune à de nombreux géants chinois de la technologie, connue sous le nom de « grandes/petites semaines », ce qui signifie que le personnel travaille un dimanche sur deux. Après six mois d’application de cette pratique, Kuaishou a annoncé qu’elle y mettrait fin à partir de cette semaine. Le durcissement de la réglementation de Pékin à l’encontre des grandes entreprises technologiques pourrait expliquer ce changement, a déclaré Shan Guo, analyste du cabinet de conseil Plenum.ai basé à Shanghai.

Après l’appel du président Xi à « empêcher l’expansion désordonnée du capital » l’année dernière et à « renforcer la protection des travailleurs » en avril, il serait difficile pour les décideurs de fermer les yeux sur les pratiques de travail des géants de la technologie, puisque la politique des heures supplémentaires profite davantage aux propriétaires du capital qu’aux travailleurs. Le personnel de ByteDance et de Kuaishou a également émis l’hypothèse que leurs entreprises étaient motivées par la réduction du coût élevé de la rémunération des heures supplémentaires.

« Nous encourageons le personnel à trouver un équilibre entre le travail et le repos, et à passer plus de temps avec sa famille et ses amis », a écrit Kuaishou dans une note interne au personnel, rapportée par les médias nationaux la semaine dernière, ajoutant que les heures supplémentaires pouvaient toujours être demandées si nécessaire. Kuaishou a confirmé le changement de politique.

Quel impact réel pour les travailleurs Chinois ?

Certains employés de Kuaishou se sont réjouis de retrouver leurs week-ends. Une employée a posté un message sur la plateforme de réseautage professionnel Maimai, partageant une capture d’écran de son alarme réglée sur les jours de la semaine uniquement. Mais beaucoup d’autres ont mis en doute le fait que ce changement soit effectivement dans le fond et pas seulement dans la forme, disant qu’ils s’attendaient à ce que leurs équipes exigent qu’ils continuent à travailler « volontairement » les week-ends.

Si le personnel récupère effectivement ses week-ends, cette mesure signifie une réduction significative des dépenses de revenu pour Kuaishou. Le droit du travail chinois stipule que les heures supplémentaires du week-end doivent être payées au double du taux normal. Par conséquent, dans le cadre de la politique des grandes et petites semaines, le personnel est payé environ 20 % de plus, une prime que certains jeunes professionnels préféreraient conserver pour toucher plus d’argent.

La décision de Kuaishou a fait naître chez le personnel de son concurrent ByteDance l’espoir qu’il allait bientôt lui emboîter le pas, les médias nationaux faisant état de discussions internes sur la fin du travail le week-end en juillet. ByteDance a déclaré qu’elle ne commentait pas les rumeurs du marché. Lors d’une réunion de l’ensemble de l’entreprise le mois dernier, le nouveau directeur général de ByteDance, Liang Rubo, a annoncé que l’entreprise avait reconsidéré sa politique de travail en grande et petite semaine, qu’elle applique depuis de nombreuses années.

Toutefois, a ajouté Liang, une enquête menée auprès du personnel a révélé qu’un tiers des employés était favorable à la poursuite de cette politique, tandis qu’un tiers y était opposé. « Il y a beaucoup de pression pour régler ce problème, mais ils n’ont pas nécessairement décidé de la meilleure marche à suivre », a déclaré un employé. Un autre a ajouté que les avis étaient partagés entre la direction et les différentes équipes du personnel dont la situation actuelle est source de stress.

« Certains ne veulent pas perdre le salaire. Certains craignent que si le travail du week-end est annulé mais que la charge de travail ne change pas, ils finiront par être perdants », a déclaré un employé.

Source : FT.com

Retour en haut