Les licornes fleurissent dans le monde en 2021

Les licornes fleurissent dans le monde en 2021
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Le nombre de start-ups évaluées à plus d’un milliard de dollars a augmenté rapidement au deuxième trimestre, les investisseurs en capital-risque ayant augmenté la taille et le rythme de leurs investissements à la suite de plusieurs introductions en bourse spectaculaires aux États-Unis.

Selon le service de données CB Insights, les investisseurs privés ont attribué des valorisations supérieures à un milliard de dollars à un nombre record de 136 start-ups entre avril et juin, soit plus que le total pour toute l’année dernière.

La valeur des start-ups technologiques s’envole

Les États-Unis ont produit la majorité des entreprises privées évaluées à un milliard de dollars, dont l’application de calendrier social IRL et la place de marché de financement Pipe. L’Asie a contribué à 33 entreprises au cours du trimestre, contre 29 pour l’ensemble de l’année 2020.

Les start-ups à un milliard de dollars, familièrement appelées « licornes », ont proliféré car les investisseurs aux poches profondes ont pris l’habitude de payer des prix élevés pour les actions des jeunes entreprises. L’envolée des valorisations pourrait susciter de nouvelles inquiétudes quant à la surchauffe des marchés technologiques privés, tout en créant des objectifs difficiles à atteindre pour les fondateurs de start-up.

Les spécialistes du capital-risque ont déclaré que les valorisations élevées reflétaient l’influence de sociétés telles que Tiger Global Management, qui est en train de lever un fonds technologique privé de 10 milliards de dollars, ainsi qu’un accueil favorable sur les marchés publics pour les entreprises technologiques qui ont introduit leurs actions en bourse ces deux dernières années. On peut citer notamment le groupe de logiciels d’entreprise Snowflake et l’entreprise 100% en ligne de voyage Airbnb l’année dernière. « Les valorisations sont élevées et il y a beaucoup de capitaux sur le marché », a déclaré Laela Sturdy, associée générale de CapitalG, un fonds technologique qui gère des fonds pour Alphabet.

Mais de nombreux investisseurs ont également sous-estimé l’effet de l’informatique dématérialisée et d’autres développements technologiques, a-t-elle ajouté, « ce qui fait que les opportunités sont beaucoup plus importantes que ce que l’on pensait ». Les start-ups sont en passe de doubler le précédent record annuel de collecte de fonds établi l’année dernière, lorsque la pandémie de coronavirus a accéléré les investissements technologiques.

Au cours du premier semestre de cette année, les investisseurs ont investi 292,4 milliards de dollars dans des investissements minoritaires dans des entreprises privées du monde entier, soit presque autant que le total de l’année dernière.

Des tours de financement qui partent à la hausse

Les totaux ont été poussés à la hausse par d’énormes tours de financement pour certaines des plus grandes licornes. Les tours de table de plus de 100 millions de dollars ont représenté près de 60 % du total des capitaux levés au cours du premier semestre de 2021, mais seulement 5 % du nombre total d’opérations. « Quand une entreprise semble gagner, il y a beaucoup de capitaux qui affluent vers elle ou qui veulent affluer vers elle », a déclaré Anand Sanwal, directeur général de CB Insights. « Il y a simplement beaucoup de capitaux et pas assez d’opportunités ».

Tiger Global a réalisé le plus grand nombre d’investissements dans des start-ups privées au cours du trimestre, avec 81 transactions, soit environ 1,3 par jour ouvrable, selon CB Insights. Ce rythme a été multiplié par huit par rapport à la même période de l’année dernière. Le mois dernier, Tiger Global a déclaré aux investisseurs qu’il « s’efforçait de rester discipliné, en laissant passer les opportunités que nous jugions bonnes en faveur de l’exécution de grandes opportunités », selon une lettre consultée par le Financial Times.

Source : FT.com

Retour en haut