Les JO de Tokyo n’attirent plus les sponsors locaux

Les JO de Tokyo n’attirent plus les sponsors locaux
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

«L’un des plus éminents chefs d’entreprise du Japon estime que les Jeux olympiques perdent leur valeur commerciale. Le PDG de Suntory, Takeshi Niinami, a déclaré lundi à CNN Business que son entreprise avait décidé de ne pas être un sponsor des prochains Jeux de Tokyo, car cela était trop cher. « Nous avons pensé à être un partenaire olympique, mais l’aspect économique ne correspondait pas », a déclaré le chef du géant japonais des boissons, qui est à l’origine de marques telles qu’Orangina.

Une promotion alternative

Au lieu de s’engager en tant que sponsor officiel, Suntory a choisi une autre voie pour accroître sa visibilité pendant les Jeux, qui débutent ce vendredi : la société basée à Tokyo a prévu de s’associer à des restaurants et des bars autour des sites sportifs pour promouvoir ses boissons, et d’ouvrir plusieurs établissements pour servir exclusivement ses produits afin de toucher une clientèle nouvelle.

« Je pensais que cette occasion serait en grande partie une vitrine pour nous », a déclaré M. Niinami lors d’une interview à Tokyo. « Je m’attendais à ce que de nombreux spectateurs étrangers nous rendent visite. » La récente décision des organisateurs d’interdire l’accès des spectateurs aux sites des Jeux à Tokyo pour des raisons de santé publique a mis fin à ces plans.

« Les pertes économiques seront énormes », déplore M. Niinami, estimant que les entreprises japonaises auraient pu bénéficier d’une augmentation d’environ 10 % de leurs ventes si les supporters avaient été autorisés.

L’absence de spectateurs nationaux pourrait coûter 146,8 milliards de yens (1,12 milliard d’euros) à l’économie japonaise, selon une estimation de Takahide Kiuchi, économiste à l’Institut de recherche Nomura. Il a noté dans un rapport de juin qu’ « une grande partie du bénéfice économique attendu des Jeux de Tokyo s’est évanouie en mars, lorsqu’il a été décidé d’interdire aux spectateurs étrangers de se rendre au Japon. » Une décision qui, selon M. Kiuchi, avait déjà causé des pertes économiques de plus d’1 milliard d’euros.

Les Jeux de Tokyo ont été extrêmement controversés, avec d’innombrables protestations pour annuler l’événement et des milliers de bénévoles qui se sont retirés. La conjoncture actuelle semble alors très défavorable pour les entreprises partenaires.

Un pari important

Ce mois-ci, le Japon a confirmé que les Jeux olympiques se dérouleraient sous l’état d’urgence en raison de la pandémie de coronavirus.

Cette nouvelle a été un coup dur pour ceux qui, comme Suntory, avaient misé sur une hausse des dépenses de consommation. Jusqu’à présent, plus de 60 entreprises japonaises ont dépensé un montant record de 3 milliards de dollars pour les Jeux olympiques de cette année. Maintenant beaucoup d’entre elles sont préoccupées par le retour sur investissement.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait que les Jeux olympiques pourraient encore donner un coup de fouet aux entreprises japonaises cet été, M. Niinami a répondu : « De plus en plus, je ne le pense pas. » Certaines entreprises ont dû reconsidérer considérablement leur participation.

Akio Shinya, directeur général de Tokyo Skytree, la plus haute tour de télédiffusion du monde, a déclaré à CNN Business que sa société avait délibéré l’année dernière au sujet du sponsoring de l’événement. Bien qu’elle ait ensuite décidé de s’engager, elle a depuis été contrainte d’annuler divers événements, notamment un relais de la flamme sur la plateforme d’observation du gratte-ciel, destiné à stimuler l’ambiance des Jeux olympiques. « À cause de Covid, ce n’est pas le bon moment », a déclaré Akio Shinya. « Il n’y avait pas d’ambiance pour organiser un festival aussi fantaisiste. »

Près de 80 % des Japonais estiment que les Jeux olympiques ne devraient pas avoir lieu, selon un sondage Ipsos publié la semaine dernière. Les entreprises ont tenu compte de ces sensibilités. Cette semaine, Toyota, l’un des principaux sponsors des Jeux, a déclaré qu’il ne diffuserait pas de publicités liées à l’événement au Japon, choisissant plutôt de diffuser des publicités plus classiques.

Michael Payne, ancien responsable du marketing au Comité international olympique, a reconnu la difficulté de la tâche pour les entreprises. Mais M. Payne, qui a créé le programme mondial de parrainage des Jeux olympiques il y a une quarantaine d’années, prédit que les entreprises pourraient « être agréablement surprises par les avantages potentiels de l’héritage qui découleront de ces Jeux très difficiles ».

Source : Edition.cnn.com

Retour en haut