Les Français veulent se faire plaisir pour Noël

Les Français veulent se faire plaisir pour Noël
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Une chose est sure, l’année 2020 fut très difficile à bien des égards. Entre pandémie, confinement et fermeture des boutiques, c’est toute une économie nationale qui subit cette crise sanitaire de plein fouet depuis plus de 10 mois déjà. Mais au bout du tunnel, une lueur d’espoir renaît avec les fêtes de fin d’année. Alors que le protocole sanitaire drastique qui fut fixé une bonne partie de l’automne s’allège au fil des annonces gouvernementales, les Français sont bel et bien décidés à fêter Noël comme il se doit cette année. Et pour preuve : une étude CSA Research commandée par Cofidis montre que le budget des Français pour les dépenses de Noël a augmenté en 2020 par rapport à l’année dernière.

Les habitudes de consommation s’adaptent au contexte

D’après l’étude, cette année le budget moyen des Français pour ces fêtes de fin d’année s’élèvera à 603 €, soit une progression de 54€ par rapport à l’an passé. Dans la répartition de ce budget, on constate alors rapidement que tout le monde a envie de faire plaisir à ses proches. En effet, cette croissance du budget global trouve son explication dans l’augmentation de l’enveloppe réservée aux cadeaux, alors que les économies seront plutôt réalisées sur la décoration par exemple. D’un point de vue démographique, ce sont surtout les séniors dont les pensions de retraite n’ont pas été impactées par la crise qui sont les plus dépensiers.

Pour répondre à cette demande et dans l’impossibilité d’attendre la réouverture tardive de leurs magasins, les commerçants se sont alors massivement tournés vers des stratégies de vente différentes de leurs habitudes. Le click and collect est ainsi devenu bien plus qu’une solution de repli mais un véritable levier d’action pour démarcher la clientèle et l’inciter à revenir dans les boutiques, ou du moins aux abords. Et la moindre des choses est de constater que cette clientèle répond présent puisque 3 personnes sur 5 déclarent avoir eu recours à ce mode de consommation pour effectuer les traditionnels achats de Noël. Une manière très pratique de soutenir les commerces de proximité qui pour la grande majorité peinent à tenir leurs objectifs annuels en ce moment. Surtout prisé par les actifs très occupés, ce canal de distribution hybride pourrait d’ailleurs continuer de se développer une fois que la crise sanitaire sera dernière nous.

Les Français ont épargné pendant l’année

Toujours selon l’étude, ce sont 3 Français sur 5 qui déclarent épargner tout au long de l’année pour cette période de fêtes. Un chiffre qui peut sembler paradoxal face aux difficultés économiques actuelles. Pourtant, c’est bien cette crainte du manque de ressources, couplée aux économies de dépenses de loisir liées la fermeture de ces différents secteurs d’activités qui ont encouragé les Français à épargner cette année. Ainsi, le taux d’épargne en France a atteint un record historique de plus de 25% des ressources au cœur du premier confinement au printemps dernier.

Une épargne plus conséquente que les autres années qui peut donc aujourd’hui être utilisée comme financement pour aider à oublier le temps de quelques jours le contexte difficile et pesant dans lequel nous vivons. Rien de plus réconfortant en effet que de voir s’afficher un sourire sur le visage de nos proches, ou de tout simplement partager un moment en famille autour d’un bon repas. Malheureusement, tout le monde n’a pas nécessairement les ressources suffisantes pour mettre de l’argent de côté. Mais Noël est une tradition telle que certains foyers les plus modestes vont jusqu’à souscrire un crédit à la consommation chez des organismes professionnels tels que Cofidis pour faire plaisir à leurs proches, avant de rembourser plus tard ce que ces cadeaux leur auront coûté.

Si ces fêtes de fin d’année, à cause d’un protocole sanitaire toujours présent, ne ressembleront en rien à ce que l’on a connu auparavant, il est certain qu’il faudra plus qu’une pandémie de Covid 19 pour que disparaisse la magie de Noël.

Source : questiondebudget.fr

Retour en haut