Les femmes sont de plus en plus nombreuses à s’épuiser au travail

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à s'épuiser au travail
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Même face à une pandémie mondiale, les femmes ont continué à progresser dans les entreprises l’année dernière. Mais elles sont aussi plus nombreuses à s’épuiser au travail.

Selon un nouveau rapport de McKinsey & Company et de LeanIn.org, la représentation des femmes s’est améliorée dans la plupart des filières d’entreprise en 2020. Le rapport annuel a interrogé plus de 65 000 employés de 423 organisations qui ont choisi de participer.

Bien que ces progrès soient une bonne nouvelle, les femmes sont toujours sous-représentées dans les postes de direction. Le problème est encore plus prononcé chez les femmes de couleur.

« Alors que les entreprises continuent à gérer les défis de la pandémie et cherchent à construire un lieu de travail plus égalitaire pour l’avenir, elles doivent se concentrer sur deux priorités clés : faire progresser tous les aspects de la diversité et de l’inclusion, et s’attaquer à l’épuisement professionnel croissant que connaissent tous les employés, mais particulièrement les femmes », indique le rapport.

La représentation s’est améliorée mais fait toujours défaut

Au cours des cinq dernières années, la représentation des femmes dans les postes de direction, notamment les postes de gestionnaire, de vice-président et de premier vice-président, a augmenté, mais les femmes sont toujours sous-représentées à tous les niveaux de direction.

Au début de 2021, 41 % des postes de manager étaient occupés par des femmes, contre 37 % au début de 2016. Mais les femmes de couleur ne représentaient que 12 % des managers cette année.

Au niveau des premiers vice-présidents, 27 % étaient des femmes en 2021, contre 24 % en 2016. Cependant, les femmes de couleur n’occupaient que 5% de ces rôles cette année.

Les femmes de couleur continuent de perdre du terrain à chaque étape de la filière, a déclaré Rachel Thomas, cofondatrice et directrice générale de LeanIn.Org. « Elles perdent plus de terrain que les femmes blanches et plus de terrain que les hommes de couleur », a-t-elle déclaré.

En fin, les femmes de couleur sont également confrontées à des taux plus élevés de microagressions sur le lieu de travail, ce qui peut nuire à l’évolution de leur carrière et entraîner un épuisement professionnel, selon le rapport.

L’épuisement professionnel est une menace réelle

La pandémie a amplifié l’épuisement professionnel de tous les employés, mais elle a été particulièrement grave chez les femmes, qui envisagent de plus en plus de réduire leurs activités.

Parmi les femmes interrogées, 42 % ont déclaré être souvent ou presque toujours épuisées cette année, contre 35 % des hommes. L’année dernière, 32 % des femmes ont déclaré se sentir ainsi, contre 28 % des hommes.

Plus inquiétant encore, une femme sur trois a envisagé de quitter le marché du travail ou de réorienter sa carrière vers un travail indépendant, selon le rapport. Ce chiffre est en hausse par rapport à celui d’une femme sur quatre au cours des premiers mois de la pandémie.

Les femmes chargées de gérer des équipes présentent des niveaux d’épuisement encore plus élevés, plus de 50 % des femmes cadres interrogées déclarant être souvent ou presque toujours épuisées par le stress et la charge de travail.

D’autant plus qu’il est difficile de gravir les échelons d’une entreprise quand on ne peut même pas y accéder. Pour 100 hommes promus à un poste de direction, seules 86 femmes sont promues, selon le rapport.

« L’échelon cassé explique probablement pourquoi la représentation des femmes aux niveaux des cadres supérieurs, des directeurs et des vice-présidents s’est améliorée plus lentement que l’ensemble de la filière », indique le rapport.

Les entreprises peuvent faire davantage pour améliorer la diversité, notamment en revoyant les pratiques d’embauche, de promotion et d’évaluation des performances pour garantir l’équité, en responsabilisant les dirigeants de l’entreprise et en assurant un suivi plus complet de la représentation des minorités ethniques ou des travailleurs en situation de handicap.

Selon le rapport, si de nombreuses entreprises vantent l’importance de la diversité, seuls deux tiers d’entre elles environ tiennent les hauts dirigeants responsables des progrès réalisés en matière de diversité, et moins d’un tiers tiennent les cadres responsables.

Source : Edition.cnn.com

Retour en haut