Les entreprises numériques investissent dans la cybersécurité

Les entreprises numériques investissent dans la cybersécurité
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Wiz, une entreprise de cybersécurité créée il y a un an et comptant seulement 65 employés, vaut désormais 1,7 milliard de dollars après un récent tour de table de 130 millions de dollars. Cette activité suggère que les investisseurs continuent de voir des perspectives de croissance pour les outils qui peuvent aider à l’adoption du cloud.

Identifier les vulnérabilités pour mieux les contrer

Wiz a un solide pedigree : Les cofondateurs Yinon Costica, Ami Luttwak, Assaf Rappaport et Roy Reznik ont vendu leur précédente société, Adallom, à Microsoft pour un montant estimé à 320 millions de dollars. Le logiciel Adallom a été intégré à la gamme d’outils de sécurité que Microsoft a commencé à vendre aux entreprises.

L’année dernière, après avoir appris comment les entreprises adoptaient les services cloud de Microsoft, les fondateurs d’Adallom ont commencé à travailler sur Wiz. Ils ont créé un outil en ligne qui identifie les problèmes de sécurité qui se cachent dans l’infrastructure du cloud public que les entreprises utilisent de plus en plus pour développer des logiciels SaaS, afin que les administrateurs puissent rapidement prendre des mesures. Le service fonctionne avec la majorité des services disponibles sur le leader du marché du cloud computing, Amazon Web Services, ainsi que sur Azure de Microsoft et Google Cloud Platform.

Wiz classe par importance les vulnérabilités, les problèmes d’identité et d’accès et les mots de passe sur plusieurs clouds. Les fournisseurs de clouds eux-mêmes ont introduit des services de sécurité au fil des ans, mais ils sont généralement destinés à leurs propres services. Les sociétés de sécurité telles que Check Point et Palo Alto Networks sont avides de vendre aux entreprises des logiciels pour les aider dans leurs déploiements en ligne.

L’épisode SolarWinds encore dans tous les esprits

Depuis la création de Wiz, les entreprises, les écoles et les agences gouvernementales ont dû maintenir la productivité de leurs employés lorsqu’ils travaillent à domicile, et la demande d’outils permettant de sécuriser l’utilisation du cloud a augmenté. Le PDG de Microsoft, Satya Nadella, a déclaré en janvier que l’activité de sécurité de l’entreprise avait atteint 10 milliards de dollars de revenus annuels, soit une hausse de 40 %.

En outre, cette année, de nombreuses organisations ont dû déterminer si elles avaient installé des mises à jour malveillantes du logiciel SolarWinds, un incident de sécurité connu entre autres sous le nom de Sunburst, et si elles utilisaient des logiciels de messagerie et de calendrier Microsoft qui risquaient d’être piratés. Les événements pourraient finir par profiter à Wiz et à ses pairs. La semaine dernière, George Kurtz, PDG de CrowdStrike, a déclaré aux analystes, lors d’une conférence téléphonique, que « les clients cherchent à réduire les risques de leur architecture de sécurité en choisissant un autre fournisseur que Microsoft. »

Entre-temps, M. Rappaport et ses cofondateurs ont accumulé les contrats, et leur élan a impressionné les investisseurs en capital-risque. « Je pense que l’une des entreprises à la croissance la plus rapide que j’ai suivie de près dans le passé était Palo Alto Networks, et Wiz se développe encore plus vite aujourd’hui », a déclaré Gili Raanan, associé général de Sequoia Capital et fondateur de la société de capital-risque Cyberstarts. M. Raanan a investi dans Adallom en 2012. Il a déclaré que Wiz a déjà accumulé des affaires importantes, notamment avec Aon et DocuSign. « Il ne s’agit pas seulement d’espoirs vains« , a-t-il déclaré. Il a également souligné le pedigree de l’équipe dans la sécurité du cloud.

Advent Venture Partners a dirigé le nouveau tour de table de Wiz, qui a des bureaux en Israël et à Palo Alto, en Californie. Cyberstarts, Index Ventures, Insight Partners et Sequoia ont également participé.

Source : CNBC.com

Retour en haut