Les dividendes en chute libre frappent les investisseurs alors que les actions sont en hausse

Les dividendes en chute libre frappent les investisseurs alors que les actions sont en hausse
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Les dividendes ont chuté entre avril et juin alors que la pandémie de coronavirus obligeait les entreprises à conserver leurs liquidités, signe qu’un environnement économique difficile pourrait frapper les portefeuilles des investisseurs alors même que les cours des actions sont en hausse.

Un nouveau rapport de Janus Henderson publié lundi a révélé que les dividendes mondiaux ont chuté de 91 milliards d’euros pour atteindre environ 322 milliards d’euros au deuxième trimestre, la plus forte baisse depuis que le gestionnaire d’actifs a commencé à suivre les dividendes en 2009. La valeur totale des paiements a été la plus faible pour le deuxième trimestre depuis 2012.

Une situation économique compliquée

« Au cours d’un trimestre rempli d’étonnants bouleversements de la vie normale dans le monde entier, l’impact sur les dividendes a été dramatique », ont écrit les analystes de Janus Henderson.

Les changements apportés au régime des dividendes ont été de grande ampleur. Les dividendes ont chuté dans toutes les régions, sauf en Amérique du Nord, où ils ont été soutenus par les versements « résistants » des entreprises canadiennes.

Malgré les réductions massives effectuées jusqu’à présent afin de conserver des marges et résultats commerciaux stables, Janus Henderson prévoit toujours que les dividendes mondiaux dépasseront 1 000 milliards de dollars en 2020, ce qui indique l’ampleur de la croissance enregistrée au cours de la dernière décennie.

La récession américaine pourrait prendre fin en 2020 ou 2021

La récession historique dans laquelle les États-Unis sont entrés au début de cette année pourrait prendre fin au second semestre 2020 ou en 2021, selon une enquête menée auprès d’économistes de premier plan, même si la douleur devrait persister pendant des années.

Actuellement, environ 35 % des économistes interrogés par la National Association for Business Economics, qui s’est entretenue avec 235 membres entre le 30 juillet et le 10 août, pensent que le pays sortira de la récession au cours de la deuxième moitié de cette année, tandis que 34 % d’entre eux s’attendent à ce que cela se produise en 2021.

Seuls 4 % d’entre eux s’attendent à ce que la récession dure jusqu’en 2022 ou plus tard, tandis que 15 % pensent qu’elle s’est déjà terminée au deuxième trimestre.

Même si les États-Unis renouent avec la croissance cette année, les économistes ont clairement indiqué que d’énormes risques subsistent et que nombre des cicatrices économiques seront permanentes si tout le paysage économique mondial n’est pas restructuré correctement.

L’interdiction de WeChat pourrait-elle être limitée ? Les investisseurs l’espèrent

Les actions de Tencent, l’une des plus importantes entreprises technologiques du pays, ont été malmenées alors que les investisseurs se bousculent pour comprendre ce que cela signifierait si WeChat, son application de messagerie populaire, était interdite aux États-Unis.

Mais l’optimisme que toute restriction pourrait avoir une portée limitée a fait grimper les actions de la société de 5,8 % à Hong Kong lundi.

Cette augmentation a été motivé par des rapports selon lesquels l’administration Trump cherche à rassurer les entreprises américaines comme Apple qu’elles pourront toujours faire des affaires avec WeChat en Chine, même si les utilisateurs individuels aux États-Unis sont touchés.

Du côté des investisseurs, les actions de Tencent ont chuté de près de 10 % après que le président Donald Trump a signé des décrets le 6 août déclarant qu’il interdirait à WeChat et à l’application vidéo TikTok d’opérer aux États-Unis à moins qu’ils ne soient vendus par leurs sociétés mères chinoises d’ici la mi-septembre, pour cause de soupçons d’utilisation malveillante des données clients de l’application. Depuis lors, Tencent a récupéré la plupart de ses pertes, comme précisé dans son dernier compte de résultat.

La société a été soutenue par son rapport sur les bénéfices, qui a révélé une hausse fulgurante des bénéfices entre avril et juin. Néanmoins, les décrets d’application constituent un risque majeur jusqu’à ce que les détails d’une éventuelle interdiction américaine soient finalisés. TikTok a déclaré le week-end dernier qu’il prévoyait de contester le décret de Trump devant les tribunaux.

Source : CNNbusiness.com

Retour en haut