Les bourses de crypto-monnaies délaissent le marché Chinois

Les bourses de crypto-monnaies délaissent le marché Chinois
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Les bourses de crypto-monnaies ont commencé à couper les liens avec les clients en Chine après que Pékin ait déclaré illégales davantage d’activités liées aux monnaies numériques la semaine dernière, dans sa dernière offensive contre l’industrie des monnaies virtuelles.

Huobi, l’une des plus grandes bourses de crypto-monnaies au monde, a annoncé qu’elle supprimerait les utilisateurs chinois d’ici la fin de l’année, tandis que Binance, une autre grande plateforme, n’acceptait plus les inscriptions d’utilisateurs avec des numéros de téléphone chinois.

La Chine lutte contre le développement international des crypto-monnaies

La Chine a historiquement été un marché important pour l’investissement et le développement des crypto-monnaies, ainsi qu’un point d’encrage mondial pour le minage de bitcoins, un processus de calcul qui crée de nouvelles unités de la monnaie numérique.

Mais les autorités chinoises se sont lancées dans une vaste répression de l’industrie de la crypto ces derniers mois, poussant certaines parties de l’industrie nationale à l’étranger, alors que les régulateurs ont augmenté la pression sur une série de secteurs, notamment la technologie, l’éducation, les jeux et l’immobilier.

Les dernières restrictions, annoncées vendredi par la Banque populaire de Chine et neuf autres agences, dont le régulateur de l’Internet et la police, ont rendu illégal le fait que les bourses fournissent des services aux utilisateurs chinois.

L’avis, qui mettait en garde contre les « risques juridiques pour les individus et les organisations » engagés dans le secteur des monnaies virtuelles, semblait cibler les opérateurs étrangers et leurs employés nationaux, comblant ainsi une lacune après que la banque centrale chinoise a interdit aux institutions financières nationales de soutenir les transactions cryptographiques en mai.

Huobi a déclaré qu’elle avait déjà cessé de recruter de nouveaux utilisateurs chinois et qu’elle « retirerait progressivement les comptes d’utilisateurs existants en Chine continentale » d’ici la fin de l’année. Le portefeuille de devises numériques TokenPocket, qui est largement utilisé en Chine, a déclaré qu’il allait « adopter activement » les dernières réglementations et cesser de prendre en charge certaines fonctions dans le pays.

Pendant ce temps, le site d’Alibaba pour les acheteurs internationaux a déclaré qu’il cesserait d’autoriser les marchands à vendre des plateformes de minage de crypto-monnaies. La plupart des grands fabricants de matériel de crypto-monnaie sont chinois, et les mineurs du monde entier se sont tournés vers la plateforme de commerce électronique de Jack Ma pour s’approvisionner en matériel informatique nécessaire à la création de bitcoins.

La plus grande bourse de crypto-monnaies de Hong Kong, FTX, a annoncé qu’elle avait transféré son siège aux Bahamas en raison des restrictions réglementaires croissantes.

Les conséquences des mesures Chinoises

« La réglementation était axée sur les échanges – il est toujours légal pour les Chinois de détenir des bitcoins », a noté Leo Weese, cofondateur de la Hong Kong Bitcoin Association. « Si les gens sont avisés, il est toujours possible d’acheter et de vendre. »

La nature du commerce de crypto-monnaies en Chine peut également le protéger d’une éradication complète. Les plateformes de gré à gré et les échanges peer-to-peer permettent aux utilisateurs chinois d’échanger des renminbis, monnaie officielle du pays, contre des bitcoins par le biais d’une série de transactions qui rendent difficile pour les autorités de relier l’activité onshore à l’activité crypto offshore.

« Alors que les échanges de crypto centralisés peuvent cesser de servir les résidents de la Chine continentale, la réalité est que l’interdiction complète du bitcoin dans n’importe quel pays est presque impossible », a déclaré Henri Arslania.

Malgré les efforts de Pékin, les investisseurs chinois en crypto ont échangé 150 millions de dollars de pièces numériques au cours des six premiers mois de l’année, ce qui en fait le deuxième plus grand marché du monde derrière les États-Unis, selon le fournisseur d’analyses Chainalysis.

Pékin a mieux réussi à forcer les mineurs de bitcoin à déplacer leurs opérations hors du pays après que les autorités ont émis une série d’interdictions sur cette activité à forte intensité énergétique cette année.

Source : FT.com

Retour en haut