Les besoins des employés modifient les espaces de travail

Les besoins des employés modifient les espaces de travail
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Sans surprise, les bureaux traditionnels semblent avoir été radicalement modifiés par la pandémie, peut-être même pour toujours.

Selon Grant Christofely, directeur associé de la stratégie en matière de lieux de travail chez M Moser Associates, une société spécialisée dans la conception de lieux de travail, certaines organisations conçoivent encore leurs bureaux de la même manière qu’il y a 50 à 70 ans : des espaces statiques et inflexibles où les employés effectuent un travail individuel, axé sur les tâches, huit heures par jour.

L’hybridation du travail jusque dans la disposition des bureaux

« Ce n’est pas comme ça que le travail se fait, que l’on gagne de l’argent aujourd’hui », a-t-il déclaré. « Vous gagnez de l’argent grâce à l’échange d’idées. Et la technologie a eu un impact énorme sur la façon dont les gens travaillent, sur la façon dont les idées sont échangées. Cette façon dont les idées étaient échangées était en train de changer avant la pandémie – les gens se rendent compte que c’est maintenant qu’il faut changer. »

Par exemple, le siège de M Moser a été conçu en 2018 et réorganisé en 2020 pour créer un lieu de travail plus sain. Les employés n’ont pas de sièges assignés mais choisissent plutôt un endroit pour travailler chaque matin. Au lieu de s’asseoir à des bureaux, ils s’assoient à des tables mobiles ; leurs équipements électroniques sont alimentés par des batteries portables.

De même, le nouveau « living lab » de M Moser pour ses bureaux de Shenzhen, en Chine, offre des cadres de travail et des choix diversifiés, ainsi qu’un dispositif de réunion virtuelle avec connexion en temps réel mais sans obligation de réservation préalable.

M. Christofely estime que les entreprises « doivent faire évoluer la répartition de l’espace entre le travail individuel et le travail collaboratif. L’aspect social du travail est l’une des parties les plus importantes du lieu de travail physique. »

Créer plus qu’un espace de travail

John Harrison, directeur de conception du cabinet d’architectes Gensler, estime que « le plus grand changement dans le lieu de travail post-pandémie sera le changement radical de la flexibilité. Les habitudes comportementales des travailleurs vont être différentes. Le bureau physique doit s’y adapter d’une manière avant-gardiste et créative », a-t-il déclaré. Ce qui émergera sera « une force de travail mixte où certaines personnes travailleront à domicile, d’autres au bureau certains jours », a-t-il ajouté.

Pour rendre les bureaux attrayants aux yeux de ceux qui choisissent d’y travailler occasionnellement ou à plein temps, les entreprises créent des espaces où les employés peuvent socialiser et se rencontrer, en personne ou virtuellement.

Le cabinet d’architecture Skidmore, Owings & Merrill, connu sous le nom de SOM, a déclaré qu’avant la pandémie, « le lieu de travail avait tendance à migrer vers le modèle unique. Il est maintenant possible de commencer à réfléchir à un retour au bureau qui soit authentique pour l’organisation. Les gens sont mieux soutenus lorsque les choses sont mobiles et changeantes, avec plus d’options pour les lieux de travail tout au long de la journée. Ce faisant, le lieu de travail devient plus adaptable, élastique et réactif à ce que font les individus et les équipes. »

Pour les bureaux d’une société de technologie, SOM a créé ce qu’il décrit comme une « ville dans un bâtiment ». Un mur multimédia s’étend sur les trois étages de la société et peut être utilisé pour des sessions Zoom à l’échelle de l’entreprise et pour afficher d’autres informations aux employés du monde entier. Le bureau contient également une réception, un salon, un café et un garde-manger à son entrée ; les zones de travail sont ouvertes, permettant aux employés de décider quand et comment ils veulent travailler. Il y a également une salle de bien-être pour les employés ayant des nouveau-nés, ainsi qu’une douche pour ceux qui se rendent au travail en vélo ou en skateboard.

Pourquoi les entreprises se donnent-elles tant de mal ? Robin Klehr Avia, directrice régionale de Gensler à New York, pense que les employeurs se livrent actuellement une guerre des talents. Selon elle, les entreprises de toutes sortes et de toutes tailles demandent à leurs employés quand, où et comment ils veulent travailler, dans l’espoir d’être attractives pour recruter des talents. « Les employés peuvent imaginer leur propre expérience du lieu de travail – il n’y a pas de taille unique pour tous », a-t-elle déclaré.

Retour en haut