Les banques demandent à la Grande-Bretagne et à l’UE de statuer sur l’accès aux marchés financiers

Les banques demandent à la Grande-Bretagne et à l'UE de statuer sur l'accès aux marchés financiers
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

La Grande-Bretagne et l’Union européenne doivent faire des progrès sur l’accès aux marchés financiers de l’UE étant donné que la crise du coronavirus rendra encore plus difficile le fait de devoir faire face à d’éventuelles perturbations s’il n’y a pas d’accord, a déclaré lundi le lobby bancaire AFME (Association pour les Marchés Financiers Européens).

La Grande-Bretagne a quitté l’UE en janvier mais a un accès complet au bloc en vertu d’une période de transition qui s’étend jusqu’à la fin décembre.

Des reproches avancés mutuellement par les deux parties

La semaine dernière, Londres et Bruxelles se sont mutuellement reprochés de ne pas avoir respecté la date limite du 30 juin pour les évaluations sur l’accès aux marchés financiers à partir de janvier 2021. En effet, l’accès direct futur à l’UE dépendra de la décision de Bruxelles de considérer la réglementation britannique comme « équivalente » aux normes de l’Union.

Bien qu’il soit beaucoup plus limité que l’accès actuel, sans équivalence, les investisseurs de l’UE ne pourraient pas utiliser les services financiers à Londres, ce qui limiterait la prospection de ces derniers auprès des investisseurs de l’UE.

« COVID-19 a le potentiel de perturber la planification du Brexit, notamment en ayant un impact sur la préparation des clients, ainsi qu’en affectant potentiellement la capacité des entreprises à délocaliser leur personnel vers d’autres juridictions », a expliqué l’AFME dans une déclaration.

L’AFME a déclaré dans son compte-rendu financier qu’il fallait s’assurer que les investisseurs de l’UE puissent continuer à utiliser les chambres de compensation de Londres avant la fin du mois de septembre pour éviter que les clients n’aient à déplacer leurs positions sur produits dérivés ailleurs.

L’accès bilatéral dans le commerce des actions et des produits dérivés est également nécessaire pour éviter toute perturbation, a déclaré l’AFME.

Une demande claire, évoquant un accès aux marchés financiers défini et précis

L’AFME a appelé à un cadre formel pour les régulateurs du Royaume-Uni et de l’UE afin d’aplanir les différences qui pourraient compromettre en profondeur l’accès ainsi que les tunnels de vente actuels de produits financiers.

« Cela est particulièrement important dans le contexte de l’agenda législatif en rapide évolution dans l’UE et au Royaume-Uni, avec un certain nombre de dossiers importants de services financiers proposés, devant être mis en œuvre ou en cours d’examen au cours du second semestre de cette année et du premier semestre de 2021 », a déclaré l’AFME.

Michel Barnier, négociateur en chef de l’accord du Brexit pour l’UE, a développé toute une argumentation sur la situation à venir des marchés financiers la semaine dernière, indiquant notamment que les entreprises de ce secteur doivent se préparer à de grands changements en janvier.

« Nous n’accorderons des équivalences que dans les domaines où cela est clairement dans l’intérêt de l’UE, de notre stabilité financière, de nos investisseurs et de nos consommateurs », a déclaré M. Barnier.

La situation reste donc bel et bien sous tension. Cependant, le mois de décembre arrive à grand pas et les deux blocs devront rapidement trouver un terrain d’entente visant à éviter le pire en termes de relations commerciales, économiques, et financières.

Source : Reuters.com

Retour en haut