L’émergence des logiciels SaaS en Inde

L’émergence des logiciels SaaS en Inde
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Il y a plus de vingt ans, l’Inde a entamé sa transformation en une puissance informatique mondiale, inaugurant une ère de création de richesses et d’emplois jamais vue dans le pays.

Aujourd’hui, la troisième plus grande économie d’Asie est prête pour la prochaine grande frontière de la technologie : L’émergence d’une nouvelle génération d’entreprises de logiciels comme Zoom ou Slack.

Le Software as a Service en plein essor en Inde

La pandémie de Covid-19 a contraint les entreprises du monde entier à réaliser d’énormes investissements dans l’infrastructure numérique, ce qui a renforcé l’influence des entreprises fournissant des logiciels en tant que service, ou SaaS. Selon une étude de KPMG, les entreprises ont dépensé 15 milliards de dollars supplémentaires par semaine l’année dernière en technologie, alors qu’elles s’efforçaient de créer des environnements de travail à distance sûrs.

Les entreprises SaaS fournissent des applications web qui prennent tout en charge, de la sécurité du logiciel à ses performances. Selon un récent rapport compilé par le cabinet de conseil McKinsey & Co. et SaaSBoomi, l’industrie indienne du logiciel-service pourrait atteindre une valeur de 1 000 milliards de dollars d’ici 2030 et créer près d’un demi-million de nouveaux emplois.

« Cela peut être une opportunité aussi importante que l’industrie des services informatiques dans les années 90 », a déclaré Girish Mathrubootham, PDG de Freshworks, la société SaaS la plus connue en Inde.

Freshworks a été fondée il y a plus de dix ans dans la ville de Chennai, dans le sud de l’Inde. Comme Salesforce, elle fournit des logiciels pour aider les entreprises à gérer leurs relations avec leurs clients. C’est également la plus ancienne licorne indienne du secteur, ayant levé des fonds auprès d’investisseurs tels que Tiger Global et Accel, et comptant plus de 50 000 clients.

Les investisseurs sont enthousiasmés par le SaaS en raison de « l’adoption massive » de logiciels au cours de la dernière décennie, selon Mohit Bhatnagar, directeur général de Sequoia Capital India.

Le profil de l’inde séduit les investisseurs

Si l’Inde n’est qu’un petit acteur sur le marché mondial du SaaS, les investisseurs estiment que le pays pourrait finir par dominer le secteur en raison de deux éléments : son vaste réservoir de développeurs anglophones et le coût relativement faible de leur recrutement.

Grâce à l’essor de l’industrie informatique indienne, le génie logiciel est devenu l’une des options de carrière les plus recherchées dans le pays.

Abhinav Asthana, le cofondateur de Postman, a souligné que son expérience de stagiaire chez Yahoo à Bengaluru a été déterminante dans la décision de créer son produit. « Nous avons vu comment les logiciels étaient créés dans ces entreprises internationales, et nous avons constaté que l’API était un problème majeur », a déclaré Asthana à CNN Business.

Aujourd’hui, Postman est la licorne SaaS la plus valorisée en Inde, avec une évaluation de 5,6 milliards de dollars.

La plupart des entreprises SaaS se concentrent sur les clients mondiaux, une stratégie similaire à celle qui a été suivie par les géants indiens de l’informatique. Les investisseurs y voient un changement bienvenu, car la plupart des plus anciennes licornes indiennes se sont principalement concentrées sur le marché intérieur.

Les entreprises SaaS sont bien mieux placées pour s’internationaliser que les sociétés de commerce électronique. En effet, ces entreprises ont besoin d’une tonne d’argent pour mettre en place des opérations physiques ailleurs.

Bhatnagar de Sequoia Capital a déclaré que les entrepreneurs indiens de logiciels ont maîtrisé l’art de la vente à distance assez tôt. « Honnêtement, au cours de ces deux dernières années, le monde entier a dû comprendre comment faire de meilleures ventes à distance », a-t-il ajouté.

Seul obstacle à ce nouvel axe de développement numérique, l’écosystème indien des startups est encore relativement immature par rapport à la Silicon Valley. Malgré la taille massive de certaines licornes locales, le pays ne dispose pas encore d’une marque de premier plan en matière de technologie. Un retard que les nouvelles entreprises proposant des produits SaaS s’efforceront de combler.

Source : Edition.cnn.com

Retour en haut