L’économie britannique : chômage en baisse et reprise de la croissance

L’économie britannique : chômage en baisse et reprise de la croissance
Vous êtes à la recherche de nouveaux clients ?
Créer un compte gratuitement

Sous-traitez vos campagnes de prospection à des professionnels indépendants du secteur !

Le chômage britannique bat des records, on n’a pas constaté un taux aussi bas au cours des 45 dernières années. Ce taux, plutôt positif, s’accompagne d’une reprise de croissance sur le mois de juillet dernier. Cependant, malgré ces bonnes nouvelles, le Royaume-Uni est bien à deux doigts de tomber dans la récession depuis la décision du Brexit. Face à un constat aussi paradoxal, on est en droit de se poser des questions…

Le faible taux de chômage actuel est-il réellement significatif ?

Pour ce mois de juillet 2019, nous sommes face à un taux de 3.8 %, soit un score inégalé depuis 1974. En parallèle, ce taux est d’autant plus mis en évidence avec l’augmentation des salaires sur un an qui a atteint le taux de 4 %, soit du jamais vu depuis 11 ans.

Avec de tels chiffres, on maintient notre perplexité. Et il y a de quoi car les inégalités salariales sont bel et bien en place. Par exemple, les employés de banques de la City sont bien mieux payés que les employés moins qualifiés à temps partiels ou ceux sous le régime des contrats dits « zéro heure ».

De plus, même si la croissance de la rémunération s’est accélérée au cours de cette année, le risque d’embauche est toujours bien plus élevé que le risque lié à des investissements, ce qui justifie notamment les stratégies de développement des entreprises actuelles, dont notamment les diverses stratégies d’externalisation en place.

En conclusion, quel réel bilan peut-on dresser ?

Disons que simplement, il est difficile de se baser sur des faits concrets ou encore de faire de quelconques prévisions. Il y a quelques jours, certains pensaient que le Royaume-Uni allait entrer en récession cette année, bien avant le Brexit. Et pour l’instant, cela n’est pas réellement le cas.

Et les derniers relevés et sondages semblent bien aller dans ce sens. Ces derniers laissent apparaître un rayon de soleil supplémentaire, notamment avec la croissance de juillet dernier à hauteur de +0.3 %, associé à une contraction de 0.2 % sur ce deuxième trimestre. Cela n’est autre qu’un indicateur d’éloignement d’une potentielle récession à l’horizon.

Justement, à la fin de ce deuxième trimestre, le taux de croissance est nul face à une baisse d’activité dans les secteurs de la construction et de l’industrie manufacturière.

Malgré tous ces indicateurs, les économistes annoncent tout de même des prévisions de récession brutale dans la situation où un Brexit est appliqué sans accord avec l’Union Européenne.

Retour en haut