Le risque d’une crise financière et d’une possible récession se précise

Vous êtes à la recherche de nouveaux clients ?
Créer un compte gratuitement

Sous-traitez vos campagnes de prospection à des professionnels indépendants du secteur !

Les signaux d’alertes sont visibles depuis quelques mois et se sont accentués considérablement depuis les 4 dernières semaines. Difficile de le nier, une nouvelle crise financière semble imminente.

Le secteur des services, pourtant solide jusqu’à présent, se retrouve directement impacté par la crise et les problématiques actuelles du secteur manufacturier. En atteste les récentes faillites de Thomas Cook et XL Airways notamment.

Les experts s’accordent sur l’origine de cette situation : le vieillissement de notre modèle économique actuelle et les mauvais côtés de ce dernier qui sont considérablement catalysés par le conflit commercial sino-américain.

Une nouvelle baisse des taux de la part de la FED ?

Les marchés financiers étant particulièrement inquiets, cela les amène à anticiper une éventuelle nouvelle baisse du taux directeur de la part de la réserve fédérale pour la fin du mois d’octobre, même si cette dernière avait un avis partagé sur la question jusqu’à ces derniers jours. 

Les derniers signaux d’alertes se sont manifestés mardi dernier lors de la diffusion d’un indice manufacturier (ISM) clarifiant une contradiction dans l’activité du secteur américain sur le mois de septembre. Naturellement, une telle annonce a fait plonger les indices boursiers et a considérablement accentué leur volatilité aux USA et en Europe.

Une économie stagnante dans la zone euro

Suite à de nouvelles enquêtes réalisées par IHS Markit, leur chef économiste a notamment précisé : « L’économie de la zone euro s’est arrêtée en septembre, les enquêtes PMI dressant le tableau le plus sombre depuis le début de la période d’expansion en cours, mi-2013 », en enchaînant « Le ralentissement montre également des signes de propagation du secteur manufacturier vers celui des services. »

Dans une telle situation de diminution du PIB sur deux trimestres de suite, nous pouvons nous attendre à une récession en Allemagne, cette dernière étant la première économie d’Europe. Mais ce n’est pas tout, l’Allemagne est directement exposée à la guerre commerciale sino-américaine puisqu’elle est fortement dépendante des exportations de sa production industrielle, ce qui diminue actuellement ses bénéfices.

Au cours du mois dernier, l’indice ISM servant à évaluer l’activité des services américains a chuté à un niveau record sur les trois dernières années. En conséquence, la bourse américaine a également chuté, avant de ré-entamer une hausse basée sur ses anticipations du fait que la FED a annoncé une nouvelle baisse des taux face au cumul de tous ces signes inquiétants. Face à tant de volatilité et d’instabilité du marché mondial, nous ne pouvons qu’être inquiets sur l’avenir de l’économie européenne et mondiale.

Source utilisée : Ouest-France

Retour en haut