Le président chinois souhaite conclure un accord commercial avec les États-Unis

Le président chinois souhaite conclure un accord commercial avec les États-Unis
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

La Chine veut élaborer un accord commercial avec les États-Unis et ne souhaite pas que de cette guerre commerciale perdure, bien qu’elle n’ait pas peur de riposter si nécessaire.

Une situation qui ne peut pas durer

Les économistes avertissent qu’un différend prolongé entre les deux plus grandes économies du monde accroît les risques pour l’économie mondiale en perturbant les chaînes d’approvisionnement, en réduisant les investissements et en détériorant la confiance des entreprises et leur performance commerciale.

Selon les déclarations de Xi Jinping lors du Forum de la nouvelle économie organisé par Bloomberg, la Chine veut travailler sur un accord de « première phase », sur la base du respect mutuel et de l’égalité. Il a également précisé : « Si nécessaire, nous riposterons, mais nous avons travaillé activement pour essayer de ne pas avoir de guerre commerciale. Nous n’avons pas déclenché cette guerre commerciale et ce n’est pas quelque chose que nous voulons. »

Les marchés financiers mondiaux ont reculé cette semaine en raison de nouvelles craintes que ces négociations commerciales ne s’enlisent, le président américain Donald Trump devant signer deux projets de loi appuyant les manifestants dans la ville d’Hong Kong, sous contrôle chinois, ce qui devrait se répercuter sur les profits des marchés.

La Chine ouverte aux négociations

La Chine veut relancer le processus de négociation et a invité les principaux négociateurs commerciaux des États-Unis à une nouvelle série de pourparlers en face à face à Beijing. De plus, Pékin espère que les pourparlers puissent avoir lieu avant la fête de Thanksgiving.

Les responsables américains ont indiqué qu’ils étaient disposés à se réunir mais ne se sont pas engagés à fixer une date. De plus, ils seraient réticents à se déplacer pour participer aux discussions à moins que la Chine n’indique clairement qu’elle compte prendre des engagements sur la protection de la propriété intellectuelle, les dépôts de marques, les transferts forcés de technologie et les achats agricoles.

La prochaine date à surveiller est le 15 décembre, date à laquelle les droits de douane américains sur environ 156 milliards de dollars de produits chinois devraient entrer en vigueur (en pleine période de Noël).

Retour en haut