Le PDG de Google pense que l'IA sera un changement plus profond que la découverte du feu ou de l'électricité

Le PDG de Google pense que l'IA sera un changement plus profond que la découverte du feu ou de l'électricité
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Le directeur général de Google n’a laissé aucun doute sur l’importance qu’il accorde à l’intelligence artificielle pour l’humanité.

« L’intelligence artificielle est l’une des choses les plus profondes sur lesquelles nous travaillons en tant qu’humanité. Elle est plus profonde que le feu ou l’électricité », a déclaré Sundar Pichai, PDG d’Alphabet Inc., lors d’une interview au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, mercredi.

Une place désormais acquise dans le développement de l’IA

Alphabet, qui possède Google, a dû se battre pour son rôle dans le développement de l’IA en gérant les contestations de certains employés contre son travail sur cette technologie notamment pour le gouvernement américain. En 2018, un groupe d’ingénieurs logiciels influents a réussi à retarder le développement d’un dispositif de sécurité qui aurait aidé la société à remporter des contrats militaires.

Google a publié un ensemble de principes liés à l’IA qui interdisent entre autres de travailler sur des armes, mais cela n’exclue pas de vendre malgré tout des solutions aux militaires. Elle s’est également engagée à ne pas renouveler son contrat avec Project Maven, qui consiste à utiliser l’intelligence artificielle pour analyser les images de drones.

S. Pichai, qui dirige Google depuis 2015, a pris le contrôle d’Alphabet suite au retrait des fondateurs Larry Page et Sergey Brin.

« L’intelligence artificielle n’est pas différente du climat », a déclaré S. Pichai. « Vous ne pouvez pas obtenir la sécurité en ayant un pays ou un ensemble de pays qui y travaillent. Vous avez besoin d’un cadre mondial ».

Les cadres actuels de réglementation de la technologie aux États-Unis et en Europe constituent un « excellent début » mais les pays doivent travailler ensemble sur des accords internationaux, similaires à l’accord de Paris sur le climat, pour s’assurer que le développement commercial, technologique, et stratégique de l’IA soit responsable et continuent d’être un secteur qui recrutent.

Une rare prise de parole, qui prouve l’engagement d’Alphabet

S. Pichai s’était arrêté à Bruxelles en route pour Davos, où il a prononcé un discours public, dans lequel il a appelé les régulateurs à coordonner leurs approches au sujet de l’intelligence artificielle. L’Union européenne s’apprête à dévoiler de nouvelles règles pour les développeurs qui utilisent l’IA dans des secteurs à haut risque, tels que la santé et les transports.

Des technologies comme le marketing automation ou la reconnaissance faciale peuvent être utilisées pour le bien, notamment pour retrouver des personnes disparues, ou avoir des « conséquences négatives », comme la surveillance de masse, a déclaré S. Pichai. Il faut donc réfléchir dès aujourd’hui au futur de ce secteur en adoptant une certaine intelligence émotionnelle.

Sources utilisées : BNNBloomberg.ca et AI.google pour l’image à la une

Retour en haut