Le ministre de l’économie favorable à une éventuelle taxe européenne sur le kérosène

Vous êtes à la recherche de nouveaux clients ?
Créer un compte gratuitement

Sous-traitez vos campagnes de prospection à des professionnels indépendants du secteur !

Bruno Le Maire devait se prononcer dans le cadre d’un discours sur le pacte productif, et à cette occasion, il en a profité pour s’exprimer en faveur d’une taxe sur les carburants des avions et des bateaux qui polluent bien plus que les véhicules des particuliers.

En ce qui concerne le pacte productif, la proposition de Bruno Le Maire a pour objectif de laisser l’opportunité au débat « pollueur/payeur » d’amener vers des solutions pertinentes. Dans son discours, le ministre de l’économie a notamment déclaré : « Il est incompréhensible que des objectifs d’émissions carbone aient été définis à l’encontre de nos voitures, et qu’aucun n’ait vraiment été défini à l’encontre des avions et des bateaux », ces derniers étant particulièrement polluants.

De ce fait, le ministre est pour la mise en place d’une taxation européenne du carburant utilisé par ces deux catégories de véhicules, à savoir, le kérosène.

L’origine de cette potentielle nouvelle taxe

Cette idée de taxe n’est pas nouvelle. En juin dernier, au cours des différents échanges concernant la loi d’orientation des mobilités, de multiples amendements avaient été soumis afin de définir précisément la mise en place d’une taxation du kérosène utilisé dans le cadre des vols intérieurs au territoire français.

Les députés avaient clairement exprimé leur refus à de tels amendements car selon eux, cela aurait eu un impact considérable sur les compagnies aériennes françaises, sans oublier que des compagnies comme Aigle Azur ou encore XL Airways ne sont pas en très bonne santé financière actuellement.

Sur quels territoires pourrait-être appliquée cette future taxe ?

Ce projet de taxe n’aurait pas pour ambition d’impacter seulement le territoire français mais également le territoire européen.

C’est notamment pour cette raison que Bruno Le Maire a rappelé sa position en mettant en avant un projet de taxation applicable à l’ensemble du territoire européen. Sur ce point, la Commission avait conseillé au printemps dernier de définir une taxe à hauteur de 0,33€ le litre de carburant. Cette somme, relativement négligeable, permettrait de gagner plus d’argent via ces moyens de transport mais surtout de diminuer de 10 points les émissions européennes de carbone.

Retour en haut