Le ministre chargé du numérique, Cédric O, annonce que la taxe sur les géants du web n'est qu'un début

Le ministre chargé du numérique, Cédric O, annonce que la taxe sur les géants du web n'est qu'un début
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Cédric O affirme que les Français ne reculeront pas sur la taxe malgré les menaces de guerre commerciale des États-Unis.

La France ira de l’avant avec sa nouvelle taxe controversée qui vise les profits des grandes entreprises technologiques telles que Google et Facebook malgré les menaces de représailles américaines, le gouvernement garantissant qu’il ne s’agit que du début d’une refonte cruciale de la réglementation du monopole technologique.

Cédric O, le secrétaire d’Etat chargé du Numérique, a déclaré que le projet d’Emmanuel Macron visant à faire payer aux entreprises comme Amazon et Apple une taxe plus importante et plus juste se poursuivrait, malgré les avertissements des Etats-Unis qui craignent que ces taxes accroissent la guerre commerciale internationale déjà en place.

Des menaces sur les exportations françaises

Washington a menacé d’appliquer des droits de douane sur les importations de produits français correspondant à une valeur de 2,4 milliards de dollars suite à une enquête du gouvernement américain qui a révélé que la nouvelle taxe française sur les services numériques nuirait aux entreprises technologiques américaines.

Une décision sur les tarifs est attendue dans les semaines à venir, mais Cédric O a d’ores et déjà annoncé : « Nous ne retirerons pas la taxe, c’est certain. Nous pensons que les mesures de rétorsion ne sont bonnes ni pour les États-Unis, ni pour la France, ni pour les entreprises concernées et qu’elles pourraient entraîner une réaction de l’Union européenne ».

La France va devenir la première grande économie à imposer une taxe sur les GAFA – acronyme de Google, Apple, Facebook et Amazon. La législation imposera une taxe de 3 % sur le revenu annuel total des plus grandes entreprises technologiques fournissant des services aux consommateurs français.

Une taxe mise en place pour plus de justice économique

Le président Emmanuel Macron a qualifié cette mesure de réponse plus juste aux géants d’Internet qui sont actuellement en mesure de réaliser des bénéfices dans des pays à faible fiscalité comme l’Irlande et le Luxembourg, quelle que soit l’origine des revenus. Donald Trump l’a qualifiée de « stupide » et a menacé de se venger. La France a fait valoir que la taxe s’adresse à toutes les entreprises technologiques et pas seulement aux entreprises américaines.

Mais Cédric O a déclaré que la taxe, bien que politiquement symbolique et démocratiquement importante, n’était que la partie émergée de l’iceberg. Ces nouvelles réglementations devant être introduites au niveau international pour faire face aux puissants géants de la technologie, qui, selon lui, ont pris une grande place dans l’économie mondiale.

Source : TheGuardian.com

Retour en haut