Le marché boursier mondial au plus haut

Le marché boursier mondial au plus haut
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Stimulés par un regain d’optimisme quant à la reprise post-pandémique et par une forte peur de manquer le coche, les investisseurs continuent de pousser les actions à la hausse. Aux Etats-Unis, l’indice Dow Jones a clôturé au-dessus de 34 000 points pour la première fois jeudi, Wall Street ayant célébré le bon démarrage de la saison des résultats des entreprises. Mais les actions américaines ne sont pas les seules à être appréciées. L’indice MSCI des actions mondiales, qui couvre 23 marchés développés et 27 marchés émergents, vient également d’atteindre un sommet historique, tandis que l’indice européen Stoxx 600 est en passe de connaître sa septième semaine consécutive de hausse.

Vers une consolidation du marché

Pour l’instant, les opérateurs ont mis de côté leurs inquiétudes concernant l’inflation, qui pourrait inciter les responsables politiques à commencer à relever les taux d’intérêt ou à réduire les achats d’obligations plus tôt que prévu. « Un sentiment de calme est revenu sur les marchés mondiaux, ce qui a facilité un nouveau rallye des actifs risqués », a déclaré vendredi à ses clients Simon MacAdam, économiste mondial senior chez Capital Economics.

Mais il y a une exception notable. Les actions chinoises ont été mises sous pression depuis février, Pékin ayant sévi contre les entreprises technologiques. Les investisseurs craignent également que la Chine, qui se remet de la pandémie plus rapidement que les autres grandes économies, ne réduise ses mesures de relance dans le courant de l’année pour tenter de contenir les risques d’endettement croissants.

Vendredi, l’économie chinoise a affiché la plus forte croissance trimestrielle jamais enregistrée, avec une progression de 18,3 % en glissement annuel au cours des trois premiers mois de 2021. Ce bond reflète le profond effondrement de l’activité au début de 2020, mais maintient la Chine sur la voie d’une croissance comprise entre 8 et 9 % en 2021, selon les économistes.

Chaoping Zhu, stratège du marché mondial pour JPMorgan Asset Management, a noté que le PIB n’a progressé que de 0,6 % par rapport au dernier trimestre de 2020, soit le rythme le plus lent depuis que la Chine a entamé son retour de pandémie. « Cela montre que l’économie chinoise s’est déjà normalisée », a-t-il écrit dans une note de recherche, alors que les entreprises commencent à retrouver leur niveau de production d’antan.

Vers une reprise post-pandémie très inégale

Un retrait du soutien des décideurs politiques n’est pas seulement un risque en Chine. La présidente de la Banque Centrale Européenne, Christine Lagarde, a également prévenu que les gouvernements devaient veiller à ne pas retirer brutalement les dispositifs d’aide à l’emploi et au revenu avant le moment opportun.

Cette mise en garde sera particulièrement importante lorsqu’une nouvelle vague d’infections déferlera sur de nombreuses régions du monde, obligeant les pays à revenir à des mesures de confinement. Les différences de rythme des campagnes de vaccination, en plus de la trajectoire des infections, pourraient faire diverger les performances de certains marchés dans les semaines à venir.

« Alors que les dernières données montrent que la reprise aux États-Unis est suralimentée par une combinaison de mesures de relance budgétaire et d’assouplissement des restrictions, pour une grande partie du reste du monde, les revers des vaccins et l’aggravation des épidémies de virus retarderont les reprises économiques », a averti Simon MacAdam. « La recrudescence des cas de virus en Inde a retenu l’attention ces dernières semaines, mais les infections sont en hausse dans la plupart des régions du monde, notamment dans les économies émergentes. » Le marché boursier indien a également reculé par rapport aux records atteints en février, et pourrait rester sous pression pendant que le pays tente de maîtriser le coronavirus.

Source : Edition.cnn.com

Retour en haut