Le football français en quête de diffuseurs

Le football français en quête de diffuseurs
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Le championnat de France de football, la Ligue 1 Uber Eats n’a pas réussi à vendre aux enchères quatre lots de droits de télévision pour les saisons 2021-2024 qui avaient été restitués par son ancien diffuseur Mediapro, à court d’argent, ce qui a plongé le sport dans une crise encore plus profonde.

Aucune offre viable pour la ligue

La Ligue de Football Professionnel (LFP) a déclaré lundi soir avoir reçu des offres commerciales du géant technologique Amazon, du diffuseur américain Discovery, propriétaire d’Eurosport, et du service de streaming sportif DAZN. Aucune de ces offres n’a été jugée suffisamment intéressante par la ligue. « Étant donné que les prix de réserve n’ont pas été atteints, les consultations n’ont pas abouti » , a-t-il déclaré. « La LFP prendra 48 heures pour déterminer les prochaines étapes de la commercialisation de ses droits télévisuels » . La Ligue 1 française, qui compte 20 équipes dont le Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille, doit maintenant chercher une nouvelle voie pour sortir de la crise qui a commencé en octobre lorsque Mediapro a simplement cessé de payer les droits de télévision. Plusieurs présidents de clubs ont déclaré précédemment que la situation pourrait pousser certains clubs à la faillite, et beaucoup ont déjà commencé à négocier avec les joueurs une réduction de leur salaire. L’échec de la vente aux enchères s’explique en grande partie par le fait que l’opérateur de télévision payant de Vivendi, Canal Plus, et beIN Sports, soutenu par le Qatar, n’ont pas soumis d’offres. Canal Plus a été le principal diffuseur de football français pendant des décennies, mais en 2018, la ligue l’a délaissé au profit du nouveau venu Mediapro dans le cadre d’une vente aux enchères qui a fait monter le prix total de près de 60 % pour atteindre un peu plus d’un milliard d’euros. À l’époque, beIN Sports a obtenu un ensemble de droits moins importants et a ensuite signé un contrat de licence d’une valeur de 330 millions d’euros par an avec Canal Plus pour lui donner accès aux matchs.

A qui la faute ?

Puis, l’année dernière, la pandémie de Covid-19 a jeté un froid sur le sport en sapant les recettes des billets et du merchandising. La crise a paralysé la tentative de Mediapro de lancer une nouvelle chaîne de télévision payante appelée Telefoot pour mettre en valeur le football français, et en octobre, la société espagnole a concédé que les chiffres de l’évolution de sa clientèle n’étaient pas à la hauteur de leurs espérances. La chaîne a alors tout simplement cessé de payer les centaines de millions qu’elle devait à la ligue. Face à ces résultats financiers difficilement récupérables, Mediapro a alors demandé la protection du tribunal contre ses créanciers, à savoir la LFP. Après une lutte acharnée et une procédure de médiation supervisée par le tribunal, les deux parties ont finalement convenu que Mediapro rendrait les droits, laissant la ligue libre de les revendre. Mais le radiodiffuseur ne paierait qu’une fraction de ce qu’il doit à la ligue, ce qui pèserait lourdement sur les finances des clubs membres. Et avant que la vente aux enchères ne puisse avoir lieu, Canal Plus a intenté un procès à la LFP, arguant que la ligue devrait également reprendre le lot de droits qu’elle avait acquis sous licence auprès de beIN Sports. Canal Plus a fait valoir qu’il serait plus juste de revendre tous les droits, sinon elle serait coincée avec les prix gonflés fixés lors de la vente aux enchères de 2018. Le groupe français reproche notamment à la ligue une mauvaise étude de la réalité du marché du football français qui a été surévalué. La ligue a refusé, puis a poursuivi la vente aux enchères qui a échoué lundi. Une audience au tribunal est prévue le 19 février pour entendre la cause de Canal Plus contre la ligue. Canal Plus a également déposé une plainte auprès de l’autorité française de la concurrence concernant la décision de la ligue.

 Source : Ft.com

Retour en haut