Le dollar américain restera faible, quel que soit le futur président des Etats-Unis

Le dollar américain restera faible, quel que soit le futur président des Etats-Unis
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Le dollar américain a été globalement faible pendant la majeure partie de la présidence de Donald Trump. En effet, des réductions d’impôts, un déficit plus important et plusieurs réductions des taux d’intérêt de la Réserve Fédérale ont fait baisser la valeur du billet vert. Mais même si Donald Trump perd contre Joe Biden, le dollar pourrait ne pas rebondir de façon spectaculaire de sitôt.

Les démocrates à la relance

En cas de victoire de Joe Biden, le démocrate encouragera certainement les reprises d’entreprises qui n’ont pu résister à la pandémie de Covid-19 pour réduire au maximum les conséquences économiques engendrées par ces fermetures. Ces dépenses accentueraient probablement un peu plus la dépréciation économique du dollar ou, au minimum, le maintiendraient relativement stable.

« Une vague bleue pourrait donc être négative pour le billet vert en raison d’un plan de relance encore plus important des démocrates qui lèverait les pressions inflationnistes « , a déclaré Lukman Otunuga, analyste principal de recherche chez FXTM, dans un rapport publié ce mardi.

Cependant, certains experts en devises affirment qu’il est possible qu’une « prime à la santé mentale » stimule le dollar si Biden gagne les élections et qu’il rétablit des politiques commerciales plus normales. D’une part, le candidat démocrate serait ouvert pour prendre un rendez-vous commercial avec des alliés comme l’Europe, le Mexique et le Canada afin de négocier une plus grande souplesse des droits de douane. De l’autre, il pourrait également envisager d’utiliser des mesures multilatérales plus diplomatiques vis-à-vis de la Chine pour traiter les questions économiques au-delà du commerce, comme le vol de propriété intellectuelle.

En réalité une augmentation des dépenses publiques est susceptible de maintenir le dollar dans sa faiblesse actuelle quoi qu’il arrive avec la politique étrangère américaine.

Donald Trump ou Joe Biden ? Jerome Powell

En pleine élection présidentielle nationale, les appels se multiplient pour que Biden ou Trump nomme Jerome Powell pour un second mandat à la présidence de la Réserve Fédérale des Etats-Unis. Déjà à la tête de cette institution, son mandat expire en février 2022. Il devrait donc être reconduit l’année prochaine afin d’avoir suffisamment de temps pour obtenir l’approbation du Sénat.

Si M.Powell reste dans cette position, les investisseurs s’attendront probablement à ce que les taux restent plus bas pendant plus longtemps, ce qui exercera une pression supplémentaire sur le dollar.

Depuis l’entrée en fonction de M. Trump en 2017, l’indice du dollar américain, qui suit le dollar par rapport à l’euro, la livre sterling, le yen japonais et plusieurs autres grandes devises mondiales, a chuté de plus de 7 %. S’il a brièvement atteint un sommet cette année avant que le Covid-19 ne freine l’économie américaine, il est maintenant en baisse d’environ 3 % en 2020. Un mal pour un bien car la chute du dollar est l’un des facteurs qui ont contribué à la performance commerciale des grandes entreprises au cours de cette période. Un dollar plus faible a en effet des avantages pour des multinationales car il rend leurs biens et services moins chers à acheter sur les marchés étrangers. Sous cet angle de vue, il ne serait donc pas vraiment avantageux pour Biden ou Trump de mener des politiques économiques qui entraîneraient une hausse substantielle du dollar.

Il convient tout de même de noter que le dollar reste un placement sûr en période de turbulences car au moment où le monde entier se remet encore de la pandémie, l’économie américaine a affiché une croissance exceptionnelle au troisième trimestre après un plongeon record lors du deuxième. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles le billet vert pourrait ne pas baisser beaucoup plus.

« Je doute qu’il y ait une nouvelle érosion du dollar. Je m’attends à une stabilisation », a déclaré Phil Toews, PDG de la société de gestion d’actifs Toews Corp, dans un entretien avec CNN Business. « De nombreuses autres régions du monde sont encore confrontées à la même question de la maîtrise de la pandémie.« 

Source : CNN.com

Retour en haut