Le coronavirus pourrait être un point de basculement majeur vers la pratique globale du télétravail

Le coronavirus pourrait être un point de basculement majeur vers la pratique globale du télétravail
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Lorsque l’Internet à haut débit a commencé à faire son apparition dans les foyers à la fin des années 1990, le télétravail semblait sur le point de faire son apparition.

Pourquoi perdre du temps dans les embouteillages quand on peut travailler directement depuis son domicile avec plus de flexibilité ? La promesse de rendre, en moyenne, une dizaine d’heures par semaine aux travailleurs (sans parler des économies potentielles sur les trajets quotidiens) semblait irrésistible.

Au lieu de cela, les responsables semblaient trop attachés à la présence physique de leurs salariés, et certains employés au bureau se demandaient si leurs collègues travaillant à domicile assumaient réellement la même quantité de tâches.

Une certaine réaction de rejet est apparue au début du 21e siècle, notamment lorsque la PDG de Yahoo, Marissa Meyer, a supprimé la possibilité de travailler à domicile dans son entreprise.

Aujourd’hui, entre 8 % et 17,7 % (selon les sources) des travailleurs français font du télétravail. Ainsi, même si les pouvoirs publics soutiennent cette nouvelle pratique, cela reste une statistique faible, notamment face à la moyenne européenne qui est de 20 %, cependant, le Coronavirus pourrait changer cela.

Un mouvement de télétravail massif initié chez les GAFA

En réaction à l’apparition de l’épidémie à Seattle, les grandes entreprises technologiques américaines de la région ont rapidement adopté des mesures ayant pour but de privilégier au maximum le télétravail.  Microsoft, Amazon, Facebook et Google ont donc incité leurs employés à travailler à domicile dès que possible et cela pour la majeure partie du mois de mars. 

Le début de l’année 2020 pourrait se transformer en une expérience sociale forcée qui pourrait enfin répondre à la question : Avons-nous encore besoin d’être présent au bureau la majorité du temps ?

Tout le monde ne peut pas travailler depuis chez soi. Les chauffeurs de bus et les agents de sécurité, par exemple, ne peuvent pas profiter de cette forme de travail. Mais il est difficile de ne pas imaginer que les entreprises et leur gestion des ressources humaines pourraient apprécier ce nouveau format de travail et tenter de prolonger l’expérience au dela de cette épidémie.

Bien sûr, il est difficile de chercher des points positifs dans le climat actuel, mais les chercheurs en climatologie en ont trouvé un en regardant de plus près le taux de pollution enregistré en Chine.

Ce taux a brutalement chuté depuis le début de la crise. Cette conséquence involontaire mais positive se répercutera sans doute ailleurs dans le monde, étant donné que des milliers de véhicules sont retirés de la circulation et que de nombreuses entreprises sont à l’arrêt.

Des objectifs et promesses perceptibles d’une ampleur rare

L’adoption généralisée du télétravail engendrerait :

  • 124 milliards de kilomètres parcourus en moins par an;
  • 8 milliards de voyages en moins;
  • Une réduction de 8 milliards de dollars des coûts des accidents de la route;
  • 54 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre en moins.

Alors que la plupart des entreprises privilégient le télétravail qu’à court terme, on s’attend à ce que ces décisions liées au virus durent au-delà de la fin du mois de mars.

On peut naturellement s’attendre à ce que les employés apprécient de gagner de l’argent depuis leur domicile et privilégie ainsi ce format de travail, sans oublier que le fait de travail depuis chez soi peut permettre également de devenir travailleur indépendant.

La menace du virus est permanente et il est difficile de prédire combien de temps cette épidémie va durer. De ce fait, des entreprises pourraient utiliser le travail à distance quotidiennement pendant les mois à venir, et réaliser que c’est en réalité une façon productive et efficace de travailler sur le long terme, le tout en permettant aux employés de s’épanouir davantage en développant un équilibre entre vie privée et voie professionnelle.

Sources utilisées : Teletravailler.fr et Geekwire.com

Retour en haut