Le boom du WiFi en vol montre que les voyages évoluent à l’ère du COVID-19

Le boom du WiFi en vol montre que les voyages évoluent à l'ère du COVID-19
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Des milliers d’avions de passagers sont toujours cloués au sol, mais l’accès au WiFi en vol atteint de nouveaux sommets.

Le trafic de données sur le réseau aérien européen de la société de satellites Inmarsat a atteint un record au cours de la dernière semaine d’août, selon le directeur général Rupert Pearce.

« Cela suggère qu’un semblant de normalité commence à revenir dans certains segments du marché de l’aviation », a déclaré Rupert Pearce dans une interview. Il a souligné une reprise partielle des vols courts et moyen-courriers après l’assouplissement des restrictions de voyage liées à la pandémie.

Un retour à la normale pourtant loin

Les compagnies aériennes voient une longue attente pour le retour aux niveaux de trafic d’avant la pandémie

Le rebond des données reflète également les nouvelles habitudes d’Internet qui se sont formées sous la contrainte ainsi que le développement d’une pluriactivité du secteur, a déclaré Alexander Grous, expert en stratégie et économie des compagnies aériennes à la London School of Economics, qui a précédemment rédigé des recherches pour le compte d’Inmarsat.

« Beaucoup d’utilisateurs ont deux à trois fois plus de chances de se connecter et de rester connectés à bord qu’en début d’année, avant l’arrivée du Covid-19 », a déclaré M. Grous par téléphone.

La possibilité d’un boom des données des compagnies aériennes pourrait rassurer les institutions qui ont acheté Inmarsat en décembre dernier dans le cadre de la deuxième plus grande opération de privatisation du Royaume-Uni en 2019. Ces dernières ayant récemment émis des inquiétudes légitimes, il est important que la société choisisse de tenir compte de ces objections et questionnements, et qu’elle y réponde activement.

Il faut donc espérer que le développement commercial du secteur de l’aviation reprenne, ce qui ne reste pas une mince affaire face à l’arrivée de la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus, deuxième vague qui risque de prendre une toute autre ampleur avec l’arrivée de l’hiver et la chute des températures.

Inmarsat, face à une croissance en pleine ascension

La meilleure croissance d’Inmarsat est celle de l’unité Aviation avant l’accord de privatisation

L’acquisition de 3,4 milliards de dollars par Apax Partners, Warburg Pincus, l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada et le Régime de retraite des enseignants de l’Ontario était en partie un pari sur l’essor de la connectivité aérienne.

Le réseau européen d’aviation d’Inmarsat a augmenté sa capacité depuis son lancement en juillet 2019 afin de développer considérablement son activité. La société s’associe à des réseaux mobiles terrestres comme Deutsche Telekom AG et peut fournir jusqu’à 100 mégabits par seconde à un avion.

L’entreprise de haut débit en vol était en train de devenir une véritable « gangbusterie » lorsque l’accord de rachat a été conclu, a déclaré M. Pearce. Quelques mois plus tard, le Covid-19 a laissé de nombreuses compagnies aériennes se battre pour leur survie.

Le mois dernier, l’opérateur satellite concurrent, Intelsat SA, a fait une offre de 400 millions de dollars pour l’activité WiFi en vol de Gogo, afin d’ajouter celle-ci à sa chaîne de valeur. GoGo n’a pas de satellites propres et achète de la capacité aux opérateurs de satellites pour connecter ses modems et antennes embarqués.

D’autres offres sont peut-être à venir.

Source : Bloomberg.com

Retour en haut