L’avènement d’une Super-App en Asie

L’avènement d’une Super-App en Asie
Vous êtes chef d’entreprise ou travailleur indépendant ?
Créer un compte gratuitement

Rejoignez notre plateforme de mise en relation entre téléprospecteurs à domicile et entreprises !

Lorsque Bill Gates, de Microsoft, a déclaré en 1994 que « les services bancaires sont nécessaires, mais pas les banques », les financiers et les analystes ont considéré que ces propos n’étaient que les rêveries d’un technophile trop imaginatif. Quelques décennies plus tard, cette vision est en passe de devenir réalité.

Ascension fulgurante

Grab est l’une des super-applications de dématérialisation des services les plus dominantes en Asie, offrant des services de transport, de livraison de nourriture et, désormais, des services financiers. Cela comprend des prêts, des assurances, des paiements et des investissements, le tout accessible via une application pour téléphone portable. Lancée en 2012 comme une application de covoiturage comme Uber, Grab s’est depuis largement développée. En 2018, elle a évincé Uber de l’Asie du Sud-Est.

Grab a commencé sa vie en Malaisie en 2012, comme un service de réservation de taxis en ligne initialement appelé MyTeksi. Le cofondateur Anthony Tan a eu l’idée de créer son propre service alors qu’il étudiait à la Harvard Business School. Mais il fallait des investisseurs.

Kee Lock Chua est un associé directeur de Vertex Ventures Southeast Asia and India, et l’un des premiers investisseurs institutionnels de Grab. La société de M. Chua a investi 11,2 millions de dollars, donnant à Vertex Ventures une participation de 22 % dans l’entreprise. Il est sorti de l’investissement sept ans plus tard, gagnant plus de 10 fois ce montant.

Diversification de l’activité

Au fur et à mesure que la popularité de Grab augmentait, la société a réalisé que beaucoup de ses chauffeurs n’avaient pas de compte bancaire. Le responsable du pôle financier, Reuben Lai, a dû aider les chauffeurs à ouvrir des comptes pour pouvoir être payés et à obtenir des prêts pour leurs voitures. « Après avoir fait cela pendant un certain nombre d’années, nous avons commencé à nous demander pourquoi nous le faisions », a-t-il déclaré. « C’est alors que nous avons réalisé que six personnes sur dix en Asie du Sud-Est étaient mal desservies par les banques. »

C’est le cas de Natthakan Khingpat à Bangkok, qui a ouvert son restaurant lors de la première vague de Covid-19 l’année dernière. Il reçoit la plupart de ses commandes par l’intermédiaire de l’application Grab et a eu de la chance : les affaires sont florissantes.

Il avait besoin d’emprunter de l’argent pour se développer, mais s’adresser à une banque traditionnelle n’était pas envisageable. Grab a donc prêté à M. Natthakan près de 4 000 dollars et les remboursements sont déduits de ses revenus quotidiens. « Je pouvais aller dans l’application et voir combien je devais rembourser par jour. Je pensais que j’y arriverais. C’était presque comme si je n’avais pas contracté de prêt. » Ce sytème si singulier est rendu possible par la pluriactivité de la société qui lui donne la possibilité d’exercer une stratégie de vente additionnelle.

Bon nombre des premiers clients de l’entreprise pour ses services financiers étaient des conducteurs. Boon Kok a conduit une voiture Grab pendant trois ans et souscrit désormais une assurance maladie par le biais de l’application. « Pour chaque trajet que je fais, l’application déduit 10 centimes, ce qui me semble très abordable », explique-t-il.

L’entreprise cherche maintenant à cibler les millenials adeptes du numérique. Jixun Foo, associé directeur de GGV Capital et autre investisseur de la première heure dans l’entreprise, a déclaré que le conseil qu’il donnait aux dirigeants de Grab était de se lancer dans les services financiers dès le départ. « Une fois que vous avez votre portefeuille sur l’application, vous commencez à l’utiliser. Ensuite, il est naturel que vous l’utilisiez pour acheter des produits financiers. Vous voudrez accéder à un meilleur crédit et lorsque vous voyagerez, vous pourrez vouloir acheter une assurance voyage avec. Ce service est juste dans l’ordre naturel des choses. »

Source : BBC.com

Retour en haut